Actualités Social

Gynécologie obstétrique – L’infertilité gagne du terrain

Le traitement de la stérilité occupe le quotidien de nos gynécologues. Certains modes de vie et les relations sexuelles non protégées favoriseraient cette situation.

Nombreux sont les couples stériles à consulter des gynécologues, actuellement, pour assurer leur descendance. « Sur à peu près dix patients que je reçois en une semaine, deux à trois d’entre eux sont des couples qui ont des problèmes d’infertilité », a indiqué le Dr Lanto Rainibarijaona, gynécologue-obstétricien au centre hospitalier universitaire de la Gynécologie obstétricale de Befelatanana (CHU GOB). C’était, hier, en marge de la neuvième Journée scientifique du Collège Malgache des Gynécologues obstétriciens (Comago), à l’hôtel Ibis à Ankorondrano. Quelques médecins généralistes, présents à cet évènement, affirment envoyer des patients touchés par le même problème, chez les spécialistes.
Âge idéal
Le président du Comago, le professeur Pierana Gabriel Randaoarison explique que la stérilité n’est pas un fait nouveau dans notre société. « Les consultations ont tendance à augmenter car les spécialistes qui traitent le problème de fécondation existent », a-t-il souligné.
Les facteurs de l’infertilité sont multiples. Le Dr Andriamaro Rakotobe, gynécologue obstétricien, cite
entres autres, le retard du temps de fécondation chez les femmes. Occupées à des activités comme les études ou leur emploi, elles ne pensent à donner naissance, qu’au-delà de la trentaine, alors que l’âge idéal pour la reproduction, serait « entre 25 ans et 30 ans ». Le stress de la vie quotidienne trouble également la vie hormonale, selon ce spécialiste.
Chez l’homme, les problèmes du sperme pour-­raient également survenir. L’infection affectant les appareils génitaux, qui peut se présenter autant chez l’homme que chez la femme, serait aussi parmi les causes de la stérilité, selon la constatation des médecins. « Les maladies sexuellement transmissibles sont les premières causes de cette infection, mais également la consommation du tabac », précise le Dr Lanto Rainibarijaona.
À Madagascar, le traitement de la stérilité est possible. Pour les cas d’infections, des médicaments existent. La Fécondation in vitro serait une solution de dernier recours. En tout cas, l’évacuation sanitaire n’est plus obligatoire, car des plateaux techniques de la Fécondation in vitro, existent déjà à Madagascar.
La neuvième journée scientifique du Comago a mis à l’honneur l’« Urgence en Gynécologie obstétrique ». « Son retard peut être fatal », souligne le Pr Gabriel Randaoarison.
Miangaly Ralitera