Accueil » Actualités » Kidnapping – Un policier arrêté et trois pistolets saisis
Actualités Faits divers

Kidnapping – Un policier arrêté et trois pistolets saisis

La traque des kidnappeurs se poursuit après les rapts contre rançon, commis au cours de ces trois derniers mois. Neuf suspects, dont un policier, ont été arrêtés.

Les arrestations font tâche d’huile après la série de rapts contre rançon, perpétrés depuis le mois d’avril. Soupçonnés d’avoir trempé dans cette affaire, neuf suspects, dont un policier, garde de corps d’un ministre en exercice, sont placés en garde à vue, à la brigade criminelle à Anosy. Trois pistolets automatiques, ainsi que des munitions, ont été dans la foulée retrouvés. À la lumière des informations communiquées, le garde de corps incriminé, est non seulement soupçonné d’être le pourvoyeur d’armes d’un réseau de ravisseurs, il serait de surcroît susceptible d’être parmi les auteurs de rapts. Les enquêteurs l’ont du coup soumis au feu
roulant des questions.
Selon les pistes entre les mains de la brigade criminelle, ce policier serait mouillé dans cette histoire en tant que chauffeur. Ce garde de corps d’un membre du gouvernement a été le premier à se faire prendre. Les hommes de la police brigade criminelle, l’ont arrêté à Ambohipo, mercredi. Ne se doutant de rien, il n’a pas vu venir son arrestation. Pris dans les mailles des filets, tendus par ses propres frères d’arme au sein de la police nationale, il n’a trouvé aucune issue. D’emblée, il a été embarqué au siège de la brigade criminelle à Anosy, où il est placé en garde à vue.

Recherche d’armes
Son arrestation a permis de remonter ,de fil en aiguille, jusqu’aux huit autres suspects, lesquels se sont fait coincer tour à tour. Cuisiné, il a mis la police sur les traces de ces derniers. Du coup, une vague d’arrestations s’est abattue sur la bande, dès le lendemain, et les recherches se sont poursuivies jusqu’au week-end.
Des informations confirmées à demi-mot révèlent que ce coup de filet serait l’aboutissement d’une investigation, diligentée par la police criminelle.Le « body guard », ainsi que les huit autres incriminés, sont soupçonnés d’avoir été pour quelque chose dans trois cas de rapts contre rançons, perpétrés ces trois derniers mois. Pour ces actes de kidnapping, une dizaine de suspects ont déjà été placés en détention préventive. Pour ces enlèvements, la police criminelle est à la recherche de plusieurs Kalachnikov et de quelques pistolets automatiques, dont trois ont pu être retrouvés à l’issue de l’investigation menée la semaine dernière.

Seth Andriamarohasina