A la une Politique

Coronavirus à Toamasina – L’EMMO-NAT déploie les grands moyens

Des  éléments  d’élites  du  GSIS  sont  déployés  pour  convaincre  les  habitants de  Toamasina  de  respecter  le  confinement.

Cent-cinquante hommes sont arrivés en renfort pour appliquer les mesures sanitaires, à Toamasina. Les leaders de l’EMMO-NAT dirigent les opérations.

Application d’un ordre direct. Telle est l’explication du général Nja toarisoa Andrianjanaka, commandant de la gendarmerie nationale, également, leader de l’État major mixte opérationnel au niveau national (EMMONAT), au sujet du déploiement massif des Forces de défense et de sécurité (FDS), à Toamasina, depuis hier.

Cet ordre direct consiste à renforcer les éléments sur terrain pour une application stricte des mesures de confinement dans la capitale de la région Atsinanana. Aussi, cent-cinquante hommes venant d’Antananarivo, sont arrivés en renfort à ceux basés dans la ville du grand port, hier. Dès l’après-midi, ils étaient en action pour « intimer », aux habitants de rester chez eux et de respecter les règles sanitaires, ainsi que les gestes barrières comme le port de cache bouche.

Déplacement présidentielle

Des éléments d’élites et cagoulés du Groupe de sécurité et d’intervention spéciale (GSIS), sont mis à contribution pour convaincre les habitants de la ville de Toamasina à respecter le confinement. À cas exceptionnel, mesure exceptionnelle, les trois principaux acteurs du volet opérationnel de l’EMMO-NAT sont aux manettes, sur terrain. Outre le commandant de la gendarmerie nationale, il s’agit aussi, du général Jocelyn Rakotoson, sous chef d’état major de l’armée de terre, et du contrôleur général de police Marius Rakoto­zanany, directeur généra de la police nationale.

« Nous avons reçu l’ordre d’envoyer des éléments en renfort, du matériel aussi, ainsi que d’apporter notre expertise », explique le général Andrian­janaka. Il regrette qu’ à Toamasina, « bien que les rues soient désertes », aux heures du confinement, les ruelles et les pistes de sables qui serpentent les quartiers de la capitale de la région Antsinana « fourmillent de monde ». Aussi, le commandant de la gendarmerie nationale ajoute, « l’ordre que nous avons reçu est de faire cesser cela ».

Les éléments de l’armée, de la gendarmerie et de la police conjugués au sein de l’EMMO ont ainsi, densifié les patrouilles jusqu’aux fins fonds des ruelles et quartiers de Toamasina. La tolérance zéro a été appliquée depuis, hier. Ils sont, également, mobilisés en dehors de la ville pour surveiller les tentatives clandestines de voyager hors de la région Antsinanana. Le leader de l’EMMO-NAT confirme que les pistes loin des routes nationales, et même le canal de Pangalane grouillent de voyageurs clandestins.

Ce déploiement massif d’éléments des Forces de défense intervient la veille d’un déplacement présidentiel à Toamasina. Cette ville est actuellement, l’épicentre de l’épidémie dans le pays. En cause, notamment, l’incivisme des habitants qui bravent les mesures barrières. Andry Rajoelina, président de la République, lancera un nouveau rappel à l’ordre.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter