Accueil » Magazine » Ambatondrazaka – Les rues du marché municipal presque désertes
Magazine Santé

Ambatondrazaka – Les rues du marché municipal presque désertes

Des milliers de gens envahissent ses rues du marché municipal d'Ambatondrazaka en temps normal.

Depuis quelques jours, les rues traversant tous les secteurs de la place du marché municipal de la ville chef-lieu du grenier à riz, Ambatondrazaka, sont presque désertes à partir de 13 heures, heures dictées par les directives inscrites dans l’arrêté signé par le préfet d’Ambatondrazaka, portant sur la lutte contre la propagation du coronavirus Covid-19. Des mesures sont appliquées pour les magasins, les boutiques ou encore les bars et les pavillons mais surtout l’esplanade du marché. Les transporteurs urbains, taxis-moto, tuc-tuc, taxis-bicyclettes, charrettes, taxis-be, se font presque rares.

Lors d’une descente sur les terrains afin de voir de visu l’application des mesures prises par les autorités regroupées dans le COP (Centre Opérationnel Préfectoral), l’on a constaté que, effectivement, les forces de l’ordre étaient sur place pour contrôle et suivi. Toutes les voitures et les piétons sans exception ont été questionnés et surveillés par des hommes en treillis répartis dans différents endroits sur la place du marché.

« Aucun pavillon n’ouvre ses portes. Les bouchers sont tous fermés. Même cas pour le Tsenan’i Hilton ou encore la poissonnerie. C’est insupportable parce que l’on ne trouve plus rien pour mettre sous la dent. Les gargotes sont inaccessibles dans les quartiers (…) », a cité un homme âgé de cinquante huit ans. Il allait rechercher des tiges de cigarettes pour, selon lui, passer la nuit.

L’on a constaté également que mêmes les épiceries sont fermées sauf quelques-unes qui ont trouvé une astuce d’entrouvrir les portes ou fenêtres, à l’abri du regard des éléments des forces de l’ordre qui font la patrouille en permanence. Seules les pharmacies peuvent ouvrir leurs portes en dehors des heures autorisées dans l’arrêté préfectoral, selon des informations données par des sources contactées.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi