Accueil » A la une » Lutte contre la covid-19 – L’État donne son feu vert pour le vaccin
A la une Politique

Lutte contre la covid-19 – L’État donne son feu vert pour le vaccin

La  rencontre  entre  le  président  de  la  République  et  les  mem­- bres  de  l’Académie  de  médecine,  hier  au  palais  d’Iavoloha.

L’État donne son feu vert pour l’intégration du vaccin dans le protocole de riposte à la pandémie de coronavirus. Une décision prise à l’issue d’une réunion avec l’Académie nationale de médecine.

Actée. Après quelques semaines « d’observation », l’État prend la décision d’inscrire la vaccination dans le protocole de lutte contre le coronavirus. Les arguments de l’Académie nationale de médecine de Madagascar (ANAMEM), ont convaincu les décideurs étatiques, dont Andry Rajoelina, président de la République.

La décision a été prise à l’issue d’une réunion, à Iavoloha, hier, en milieu d’après-midi. « Nous allons identifier et utiliser les vaccins qui peuvent contrer le variant [de la Covid-19] qui sévit à Madagascar », rapporte le communiqué de presse publié par la présidence de la République. La missive ajoute, « il a été décidé que la vaccination est un choix et ne sera pas imposée ».

Décider d’un protocole additionnel pour renforcer la riposte à la deuxième vague de la propagation du coronavirus est l’objet de la réunion présidée par Andry Rajoelina, à Iavoloha. Une deuxième vague qui selon les mots du président de la République est « virulente ». D’emblée, toutefois, il a été question de l’opportunité de recourir à la vaccination. Une option déjà privilégiée par l’ANAMEM dans une lettre de adressée au chef de l’État.

Préalables

Dans une lettre du 18 mars, signée par son président, le professeur Marcel Raza­namparany, l’ANAMEM «préconise», le vaccin. Cette missive est une réponse à une saisine de l’Académie par le chef de l’État. Le16 mars, Andry Rajoelina a requis l’avis de l’ANAMEM sur la question de la vaccination pour lutter contre la Covid-19. La question a, une nouvelle fois, été posée, hier à Iavoloha.

Hier, l’angle des discussions a été réduit sur l’efficacité des vaccins sur les variants du virus. À entendre le chef de l’État dans sa prise de parole, la thèse étatique serait que le variant sud-africain du virus est la raison pour laquelle cette deuxième est si meurtrière. « Le constat est que 80%, voire 90% des vaccins existants seraient inefficaces contre le variant sud-africain », déclare le Président.

Le chef de l’État ajoute, « jusqu’ici, il n’est pas démontré que le vaccin stoppe la propagation du virus ». Outre l’efficacité, les risques d’effets secondaires, la conservation des vaccins, l’organisation d’une campagne de vaccination, le suivi des personnes vaccinées sont, également, des sujets discutés, à Iavoloha. Andry Rajoelina a, notamment, évoqué le débat sur le vaccin AstraZeneca, ou encore, le fait que certains vaccins nécessitent une conservation à moins 70%.

Après les débats donc, l’usage du vaccin a été acté, tout en maintenant l’usage de la gélule CVO Plus dans le protocole national de prévention et traitement du coronavirus. L’État est, visi­blement, convaincu de l’efficacité du Covid-Organics contre la souche originelle du virus. L’ANAMEM ne conteste pas non plus cette idée à en croire le communiqué de la présidence de la République. Un comité scientifique sera ainsi, mis en place pour soutenir le ministère de la Santé publique dans la concrétisation de la décision d’hier.

Le communiqué de la présidence de la République ne donne, cependant, pas plus de détail. À s’en tenir aux recommandations dans la lettre signée par le président de l’ANAMEM, la campagne de vaccination devrait d’abord concerner le personnel médical, « en y associant des mesures de surveillance et de pharmacovigilance stricte ». C’est seulement après qu’ elle sera étendue à l’ensemble de la population, toujours sur la base du volontariat.

Dans sa missive l’ANAMEM a, néanmoins, posé trois préalables à la vaccination. D’abord, « identifier le ou les variants qui sévissent dans le pays », en testant au moins 10% de la population. Puis, « installer une chaîne de froid permettant une vaccination à l’échelle nationale en un temps record ». Et, « identifier le ou les vaccins les plus adaptés au(x) variant(s) présent(s) dans notre pays ainsi que les tests diagnostics correspondants ».

La lettre de Andry Rajoe­lina, du 16 mars, dit au sujet du vaccin, « nous n’écartons pas cette option préventive qui sera certainement, à termes, indispensable et incontournable ». La décision d’hier pourrait avoir été dans les têtes depuis quelques temps. Deux questions s’imposent, cependant. Comment l’État compte se procurer le ou les vaccins ? À combien est estimé le coût de l’opération ?

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La cause est entendue . Il est plus que regrettable qu’on a perdu aussi de temps et c’est le régime le premier responsable . Hier encore des contre-vérités sont étalées au grand jour car le vaccin Pfizer et Moderna sont bien efficaces sur les deux variants . L’OMS n’a jamais affirmé que le vaccin n’empêche pas la propulsion de l’épidémie . Et c’est un chef d’état qui sort de telles inepties . Ce régime reste toujours réfractaire à une campagne de vaccination . Le reste c’est de la mauvaise foi et de l’hypocrisie. L’académie de Médecine a superbement joué son rôle . On ne cessera de répéter que le CVO dont le principe actif est l’Artemisia n’a ni reçu la validation scientifique de son efficacité ni l’autorisation de mise sur le marché dans les règles . Ces distributions à l’armée et à d’autres organismes étatiques sont illégales sur le plan réglementaire et éthique . L’argent public est vilipendé et les aides internationales pour le covid sont probablement mises à contribution. La banque mondiale a déjà offert ses services avec 12 millions de dollars . L’union Africaine s’est démené à proposer 2 700 000 doses de vaccins à l’Afrique . L’OMS avec le programme humanitaire COVAX est en mesure de fournir gratuitement des vaccins . Le vaccin Pfizer pose effectivement un problème de logistique pour son acheminement et sa conservation mais l’OMS possède le savoir-faire.
    Nous pressentons la réussite totale d’une campagne de vaccination chez nous . Par un effet d’entraînement l’enthousiasme du peuple Malgache sera au rendez-vous . En tous on sait maintenant pertinemment ce que régime incarné réellement et l’histoire jugera .