Accueil » Editorial » Haute courtisane
Editorial

Haute courtisane

Attention danger. Le Sénat et l’Assemblée nationale ont élu leurs représentants à la haute cour constitutionnelle. Le choix s’est porté sur deux femmes au Sénat et deux hommes à l’Assemblée nationale. Leur dénominateur commun est qu’ils sont tous des magistrats. Pas de souci donc de ce côté, ils ont a priori le profil de l’emploi. Mais un fait a fait tiquer les observateurs. On s’est empressé de préciser que le vote s’est déroulé sans la moindre pression et sans consigne de vote. Une précision inutile comme si l’opinion doutait de quelque chose et comme si les heureux élus et les braves votants n’avaient pas la conscience tranquille. Le fait est qu’on sait qui est qui et qui fait quoi. Les élus sont loin d’être des illustres inconnus. On connaît bien leur parcours et leur compétence en la matière. Pas de souci donc sur cet aspect.

Il reste les deux représentants du Conseil supérieur de la magistrature qui seront connus ce jour à l’issue de l’élection ainsi que les trois membres nommés par le président de la République et tout sera bouclé. Pour le moment on ignore sur qui portera le choix des membres du CSM.

Le rôle de la HCC est capital surtout dans la gestion des résultats électoraux. On espère donc qu’elle apportera plus de solution que de problèmes avec ses nouveaux membres dont certains ont promis de travailler dans la droiture et l’équité.

Jusqu’ici, il y a un intrus parmi les membres avec l’élection de Noelson William, soutenu par l’opposition et qui a joué les trouble-fête. Seul il ne pourra pas faire grand chose mais au moins il pourra jouer le rôle d’un surveillant général pour éviter que la HCC ne devienne une institution politique avant d’être une juridiction constitutionnelle. Il n’y a aucun intérêt pour la démocratie et pour le pouvoir à ce que toutes les institutions soient du même bord.

On s’étonne d’ailleurs que l’opposition ne s’est pas intéressée à une présence au sein de la HCC alors qu’à chaque défaite électorale, elle dépose des centaines de requêtes en annulation. L’opposition dispose pourtant de quelques voix à l’Assemblée nationale et aurait pu décrocher un siège à grand renfort de lobbying.

Dans tous les cas, l’opinion espère que la HCC se fera une nouvelle image et se gardera d’être une haute courtisane sous influence. Elle devra reconquérir la confiance des électeurs qui ont simplement boudé les urnes lors des dernières élections pour différentes raisons diverses. Ce qui n’est pas une mince affaire.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter