A la une Social

Intoxication alimentaire – Un enfant meurt de la viande de requin

La santé des survivants de ce drame est encore suivie de près dans le CHRR Sambava.

Quatre personnes dans la commune rurale de Farahalana ont été empoisonnées après avoir mangé du requin dimanche dernier. Selon le récit du chef de poste de Farahalana, après avoir pêché un requin dans un village appelé Andiakely, plusieurs habitants s’en sont partagés dans ce village. Bon nombre d’entre eux ont mangé, mais les quatre personnes issues d’une même famille en ont fait les frais. Le drame s’est passé le 22 mars. Les animaux domestiques mourraient également après en avoir ingurgité une bonne quantité. Dans un état grave, ces quatre personnes ont été emmenées au niveau du Centre de santé de Base II Farahalana. « Lorsque ces personnes sont arrivées dans le centre vers 23 h, la nuit du dimanche, ils ont présenté des symptômes tels que le vomissement et des engourdissements au niveau des membres inférieurs et supérieurs », indique la sage-femme du CSBII Farahalana.

Prise en charge

Dans la nuit de cette admission au sein du CSBII, les quatre personnes ont été immédiatement évacuées à Sambava puisque leur état ne s’est pas amélioré. « Le lundi, les malades étaient évacués d’urgence au niveau du CHRR à Sambava », enchaîne-t-elle.

Les malades sont âgés de 57 ans, de 16 ans, de 15 et de 13 ans. Mais selon les informations reçues, l’enfant de 13 ans a succombé dans la journée du lundi. « Il était dans un état grave. Ses membres étaient paralysés et sa bouche enflait. On m’ avait rapporté que l’état de l’enfant a empiré à son arrivée dans le centre hospitalier de Sambava », ajoute-t-elle. L’enfant qui est décédé se serait rassasié avec la chair du requin. Dans la journée d’hier, le parent des trois enfants ne serait pas encore rétabli. « La santé du père de famille de 57 ans s’est encore détériorée », rapporte le Docteur Didier Mahatsara, Chef du service médecine au niveau du CHRR Sambava. Il rajoute que celui ci est dans un état critique. Contrairement au père, les deux jeunes enfants survivants ont vu leur état s’améliorer. « Des prises en charge ont été effectuées à tous les membres de la famille victime de ce drame. C’est la première fois, cette année, qu’une telle situation se produise », conclut-il.