Régions

Ambatondrazaka – Poulet et oie dans la liste des provisions

Depuis mardi, l’un des trois jours de marché de la ville d’Ambatondrazaka, les palmipèdes et le poulet deviennent la cible de ceux qui ont la possibilité de s’approvisionner en tout pour être tranquilles chez eux, pendant une quinzaine de jours, jusqu’à Pâques.

« Oui, je fais le maximum pour éviter le risque d’aller trop loin de la maison si jamais il y a pénurie de produits comestibles durant cette pandémie dont on parle tout le temps à la télévision. Il est encore temps de le faire, non ? », fulmine un père de famille, un peu choqué par les questions d’un petit groupe de chauffeurs « en chômage technique », dont un seul porte un cache bouche fait maison. Cette protection cache mal la bouche et le nez qui ne sont guère à l’abri d’éventuelles gouttelettes de salive d’autrui, puisque d’après des informations sérieuses, la salive et la morve sont des vecteurs de coronavirus.

Dans le lourd panier du père de famille qui fait sa commission, l’on a aperçu un grand sachet de sucre, du sel, du poivre, du gingembre, du café, des boites de lait concentré et dans le coffre arrière de sa belle voiture des animaux de basse cour de première qualité composés de poulets, d’oies et de canards. La même liste est visible entre les mains d’autres qui appartiennent à la classe des gens dans l’aisance matérielle.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter