A la une Faits divers

Accident mortel à Analakely – Une sans-abri fauchée de plein fouet

L’état  dégagé  de  route  favorise  les  excès  de  vitesse et  les  risques  d’accident  même  à  Analakely.

Lancé à toute vitesse, un chauffard a fauché une septuagénaire, errant dans les rues d’Analakely. La victime a succombé.

Scène de désolation à Analakely. Percutée de plein fouet par un véhicule lancé à toute vitesse, une septuagénaire n’a pas survécu. Ce drame est survenu dans la soirée de lundi aux alentours de 19h30. Sans abri, la défunte arpentait les rues d’Analakely, censées être désertes avec l’application des mesures de confinement ainsi que du couvre feu, lorsqu’elle a été fauchée par un chauffard roulant à tombeau ouvert. La route étant dégagée, ce dernier a réussi à commettre un délit de fuite en plein Analakely. Profitant de la pénombre, le quidam a réussi à s’évanouir sans laisser de traces.

La septuagénaire agonisait lorsque des personnes de sa connaissance, qui ne sont autre que d’autres sans domicile fixe de l’agglomération urbaine, l’ont conduite d’urgence à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA). Dans un sauve-qui peut, elle a été admise au service des urgences de ce centre hospitalier où les médecins, ainsi que le personnel de permanence ont constaté que son sort était déjà scellé. Des traumatismes et des fractures ont été relevés sur la victime.

Abandonnée

De ce fait, son corps inerte a été transporté à la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha. Dans un pareil cas, les procédures exigent qu’un médecin légiste pratique une autopsie sur la dépouille. Ce sont alors des enquêteurs de la brigade des accidents ou, à défaut, leurs collègues de la brigade criminelle qui émettent le réquisitoire d’autopsie.

Faute de moyens suffisants, les personnes de l’entourage de la défunte n’ont pas récupéré le corps jusqu’à hier. Exposé sur un chariot en attendant que la famille fasse le nécessaire pour le nettoyage et l’injection de formol, la dépouille commençait à se décomposer hier. Dans la mesure où la famille de la septuagénaire ne se manifeste pas, les responsables du service morgue jugent de l’urgence de conserver le corps dans la chambre froide pendant de délai permis avant que l’équipe du Bureau Municipal d’Hygiène (BMH) auprès de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) ne vienne le récupérer au bout d’une quinzaine de jours, selon le remplissage, au vu de l’enterrer à la fosse commune d’Anjanahary.

Des cas de décès de personnes sans abri ont été dénombrés à la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha, pendant ces quatre derniers jours. Outre ce cas d’accident mortel, d’autres personnes sont mortes de faim et de causes indéterminées.