Editorial

Gendarmes en balade

150 millions d’ariary pour l’équipe de volley de la Gendar­merie au championnat d’Afrique des clubs. Une manne venue du président de la République qui a daigné mettre les représentants dans des conditions optimales pour qu’ils puissent défendre les honneurs du pays. On reprend donc les mêmes et on recommence. Le Président reste celui qui trouve une solution à tous les problèmes sans passer par le gouvernement, une banque alimentée par on ne sait quelle ressource, un messie financier. Chaque occasion est mise à profit par le Président pour soigner son image et pour montrer qu’il est le plus fort, le plus riche et le plus beau. C’était ainsi avec Ratsiraka, Ravalomanana et Rajaonarimampianina avec l’issue que l’on sait et on perpétue la mauvaise tradition digne des pays en voie d’émergence.
On aura beau lutter contre la corruption, arrêter tous les conseillers de l’ancien Président , tout sera un coup d’épée dans l’eau tant qu’on continue à gérer l’argent de l’État sans la moindre transparence.
Tout reste opaque sur l’achat du vary mora et on en rajoute avec le financement des déplacements sportifs. On ne doit pas continuer à vivre avec deux caisses, l’argent du Président et celui de l’État. On ignore s’il s’agit de la même ressource ou si le Président est plus riche que l’État.
La bonne gouvernance exige que toutes les dépenses de chaque ministère doivent être inscrites à la loi de finances. Un nouveau ministre des Sports a été nommé. Il aurait été plus approprié que son département soit chargé de l’opération pour la forme. À quoi bon nommer un ministre si tout doit dépendre du Président ? À quoi bon s’user les méninges pour une loi de finances si le Président peut
tout faire ?
C’est d’autant plus désolant que le coach des gendarmes affirme qu’il vise au mieux une place en quarts de finale. Il parle en connaissance de cause quant au niveau des autres pays africains. Avec la décadence de toutes les disciplines depuis plusieurs années, il est loin la période où le volley malgache tutoyait les grands d’Afrique comme l’Algérie. Sa déclaration va à l’encontre de l’ambition du nouveau ministre qui a affirmé, lors du lancement du regroupement pour les Jeux des iles, que, désormais, l’ère de la figuration est révolue. À moins qu’il n’ait parlé que des Jeux des îles où Madagascar termine d’habitude en tête des battus.
Cette générosité présidentielle ou providentielle ne manquera pas d’offusquer les étudiants de Vontovorona dont les revendications restent jusqu’ici lettre morte. Avec cette somme, il y a de quoi réparer l’écurie qu’est devenu le campus. Les enseignants chercheurs s’indigneront également contre cette largesse pour une balade des gendarmes. C’est clair, il va leur falloir trouver un général pour défendre leur cause. Ce n’est pas sorcier, la peur d’un gendarme reste la première sagesse.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Il n’y a qu’un nom à cet épiphénomène virtuel répétitif : république bananière ! C’est le rôle du CSI avec Sahondra RABENARIVO de dresser les balises . La bonne gouvernance exige la transparence vis à vis des contribuables .