Accueil » Régions » VIH  SIDA – Approche  communautaire par les pairs à Antsiranana
Régions

VIH  SIDA – Approche  communautaire par les pairs à Antsiranana

Une semaine de dépistage s’est déroulée dans la capitale du Nord à l’initiative du Système communautaire d’alerte sur le VIH-Sida. Ce projet est financé par l’Expertise France, porté par l’Ainga/Aides et mis en œuvre en partenariat avec les Réseaux Orms Lgbt, Afsa  et Mad’Aids Il consiste à  envoyer des personnes exposées aux risques, appelées  « Pairs Trodeurs », auprès de leurs semblables au  sein de leur communauté.  Formés par le ministère de la Santé publique, issus de cette communauté, ils sont capables de fournir un service de qualité en matière de dépistage. Il s’agit d’homosexuels, d’usagers de drogues par  injection et de travailleuses du sexe.

Cette fois, l’organisation se mobilise sous le slogan « On se dépiste ». Cela signifie que le dépistage ne se fait plus au Centre de santé de base, mais dans les quartiers ou dans les milieux de  rencontre où les « pairs trodeurs » se rapprochent de la base. Selon les infor­mations fournies, le projet a permis de dépister cinq cents personnes durant ces cinq jours, dont quelques nouveaux cas positifs. En outre, d’autres  activités ont également marqué cette semaine de dépistage dans la capitale du Nord. Citons, entre autres, la tenue des stands d’exposition, devant la commune urbaine d’Antsiranana, offrant des services de santé (dépistage hypertension artérielle, vaccination Covid-19), une séance de plaidoyer destiné aux autorités locales (gouvernorat, préfecture, gendarmerie, tribunal, directions régionales de la Santé, de la Sécurité  publique). Une séance de partage d’informations et de réflexion pour les journalistes ainsi qu’une séance de restitution des résultats d’enquête et observatoire communautaire auprès des prestataires de santé ont aussi figuré dans le programme.

Selon le Dr Mananarisoa Ravelohanta, coordonnateur de l’association Ainga/Aides et le projet Sycavi, le service fourni a reçu un taux de satisfaction important de la part des gens. Ce, malgré le manque ou le retard de l’approvisionnement des intrants en matière de dépistage et la faible implication des décideurs politico-administratifs dans la sensibilisation.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter