Accueil » Faits divers » MOBILE MONEY – Des escrocs font plusieurs victimes
Faits divers

MOBILE MONEY – Des escrocs font plusieurs victimes

Mialisoa ne sait plus à quel saint se vouer après avoir été arnaquée.

Alors qu’elle prépare son accouchement, une gérante de cash point à Ambatondrazaka a été filoutée, mardi. Son solde a été vidé. Beaucoup d’autres victimes se plaignent.

Alerte maximale. Le service mobile money d’un opérateur téléphonique devient un théâtre d’escroqueries ces derniers jours. Les professionnels de cash point ou de kiosque d’envoi, de retrait et de dépôt d’argent, et les clients sont victimes d’escroquerie. Rien que mardi, Mialisoa, mère de famille enceinte, tenant un cash point à Antanifotsy-Ambatondrazaka, s’est faite avoir par un soi-disant agent de l’opérateur en question.

« Il m’a appelée pour m’expliquer qu’il doit choisir dix cash points pour recevoir un bonus. Après nos conversations, un message m’est arrivé avec un montant d’un million et cinq cent mille ariary », raconte-t-elle à notre correspondant local. « Il m’a ensuite rappelée tout en me disant que le bonus a excédé. Il m’a priée de lui renvoyer la différence. Il m’a prononcé des codes que j’ai dû composer et terminer avec mon mot de passe », enchaîne-t-elle. Après avoir suivi les instructions de son interlocuteur, la femme est revenue sur sa boîte de réception pour vérifier. Elle s’est rendue compte à ce moment-là que le SMS était fictif. Son solde a été épuisé. Elle a perdu quatre cent mille ariary.

Même sort

Elle a rejoint l’agence de l’opérateur mobile et a déposé une plainte auprès du commissariat de police d’Ambatondrazaka. Malheureusement, la procédure va certainement se compliquer car on lui a réclamé une certaine somme avant de pouvoir commencer l’enquête, d’après ses propres explications. « Je lance un appel, surtout auprès de notre communauté musulmane, pour me venir en aide. Maintenant, je n’ai plus rien pour préparer mon accouchement », s’épanche-t-elle.

Mialisoa n’est pas la seule victime des agissements du réseau d’escrocs. Des propriétaires de cash point de la capitale, aux 67ha, ont récemment connu le même sort. Le présumé auteur était un « Karana ». Il a été arrêté par la police. Une femme a également été interpellée, avant-hier, à Sabotsy-Namehana pour avoir arnaqué au moins cinq personnes.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter