Accueil » Social » FESTIVITÉS – Timides préparatifs des fêtes de fin d’année
Social

FESTIVITÉS – Timides préparatifs des fêtes de fin d’année

Le prix des décorations et des sapins de Noël a connu une hausse.

Les arbres de Noël et leurs décorations font leur réapparition sur le marché. À un mois de la fête de la nativité, ils servent plus de décoration pour les magasins et les rues, que pour les salles de séjours. « La vente de ces articles ne marche pas encore. La plupart de nos clients sont des commerçants qui vont les revendre dans les régions», témoigne Tulipe, vendeuse de décorations d’arbres de Noël à Behoririka. Des familles envisagent, sérieusement, d’abandonner ce rituel d’arbre de Noël. « Nous avions eu l’habitude de monter un arbre de Noël à la maison, chaque année, depuis les naissances de nos deux enfants.

Mais je ne pense pas que ce soit encore faisable cette année. C’est trop cher. Un petit sapin d’à peine 20 cm, coûte 15 000 ariary. Et pour un de plus grand, il faut trouver 500 000 ariary », avance Mamy, un père de famille. Les répercussions des crises sanitaires auraient été importantes dans la vie de cette famille. Cet homme aurait perdu son boulot d’ingénieur de bâtiment, durant la pandémie de Covid-19. Il s’est reconverti en un chauffeur de taxi-moto, en attendant de trouver mieux. « Avec ce nouveau boulot, j’arrive à peine à trouver à manger pour toute ma famille et à scolariser mes enfants », déplore-t-il. Mamy et sa famille vivent au jour le jour. Les caprices des fêtes de fin d’année, comme les nouveaux vêtements, les cadeaux pour ses enfants, ou encore les repas festifs, ne sont pas dans son agenda. « Je remercie déjà le Seigneur, si je trouve de quoi manger pour ma famille, aujourd’hui », enchaîne Mamy. Ce père de famille, et de nombreux ménages, attendent que la magie de Noël opère dans leur vie.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter