Accueil » Social » ÉPIDEMIE DE COVID-19 – Les tests et les traitements gratuits indisponibles dans les CSB
Social

ÉPIDEMIE DE COVID-19 – Les tests et les traitements gratuits indisponibles dans les CSB

Le dépistage de la COVID-19 est disponible au village Voara à Andohatapenaka.

La maladie à coronavirus est en passe de devenir une maladie saisonnière comme la grippe. De nombreuses personnes présentent, actuellement, les symptômes de la maladie.

Alors que l’épidémie de coronavirus progresse, les stratégies mises en œuvre pour limiter sa forte propagation régressent. Des personnes qui présentent les symptômes de la maladie, ne peuvent pas effectuer un test de dépistage dans les centres de santé de base (CSB). Elles ne bénéficient pas du pack de médicaments anti-Covid, comme lors des dernières vagues de la maladie. « Le médecin a soupçonné la Covid-19 en moi, mais cela n’a pas été confirmé vu que le TDR n’est pas disponible dans ce CSB. Il m’a prescrit une liste de médicaments que je dois, en plus, acheter à la pharmacie », témoigne Sandrine, une mère de famille qui vit à Antananarivo, le foyer de la maladie. Dans certains CSB, le stock de TDR est épuisé. Ainsi, les personnes qui peuvent passer le test, sont sélectionnées car il n’est plus systématique chez ceux qui présentent des symptômes.

« Nous ne disposons que d’une boite de vingt-cinq tests, c’est pourquoi nous n’effectuons le prélèvement que sur les personnes vulnérables, fortement susceptibles d’être positives », révèle un médecin. Seuls les positifs au test bénéficient du pack de médicament. Un pack qui n’est plus complet. « Il ne reste que du CVO et des paracétamols », confie une source dans un CSB du district d’Atsimondrano. Ce problème serait lié à la régression de la pandémie. Le financement et les appuis des partenaires sur cette maladie, baissent.

Faux contacts

Cette baisse des moyens de prévention et de traitement de la maladie à coronavirus n’est pas compatible avec les objectifs du ministère de la Santé publique, de couper la chaine de transmission de la maladie. « Les tests doivent être systématiques pour faciliter cette lutte », indique un médecin. Le Dr Lalie Raharimamonjy, directeur régional de la Santé publique à Analamanga, a annoncé que les porteurs de Covid-19 doivent être mis en quarantaine durant quatorze jours pour couper la chaine de transmission du virus. Il a également révélé que des personnes testées positives sont introuvables en donnant de faux contacts.

Qu’en est-il des nombreuses personnes qui présentent les symptômes de la maladie, mais qui n’ont pas pu effectuer le test, comme Sandrine ? Cette dernière s’est plainte de maux de tête, de courbatures, de toux sèches, de fatigue. Comme il n’a pas été prouvé qu’elle soit ou non porteuse du virus de Covid-19, elle reprendra son travail, une fois que ses deux jours de repos médical soient épuisés. Au risque de contaminer ses collègues et ceux qui entreront en contact avec elle. Cette maladie reste mortelle.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Si déjà les Américains n’envoient plus des vaccins à titre de dons c’est lourd de signification . Les tests surtout PCR sont chers et l’état n’est pas en mesure d’assurer l’approvisionnement. Regardez la LFI 2023 avec le budget du ministère de la santé . Le financement de la propagande électorale de supermenteur prime avant tout . S’ils ne restent plus que les CVO dans les CSB ce n’est que la confirmation du rejet par la population de ce tambavy et autres gélules . Les gens aussi se renseignent et constatent l’inefficacité sans toujours avec un article assassin du journal Le Monde Afrique …