Accueil » Editorial » Avi aux amateurs
Editorial

Avi aux amateurs

As…terrible  » se rappelle au souvenir de ceux qui l’ont enterré trop tôt. Norbert Lala Ratsirahonana est sorti de son hibernation pour montrer ses muscles avec sa voix goguenarde naturellement menaçante. Eh oui il n’a pas parlé pour ne rien dire.Fier de lui et de son parcours et de son métier de menuisier de la République, Ratsirahonana fabrique les présidents à défaut d’être parvenu lui-même au sommet de l’État malgré quelques tentatives. Petite consolation un intermède à la primature qui lui permettait de saluer le retour de Ratsiraka au pouvoir en 1997 avec une phrase qui traduisait bien son caractère insaisissable en politique  » Midira Midira n’y akanganay lasa omaly dia tonga indray ». S’il n’était pas particulièrement derrière le retour de Ratsiraka dont il n’est d’ailleurs pas un supporter, il allait être dans tous les coups par la suite pour encenser Ravalomanana qui lui doit une fière chandelle avant de quitter le bateau Tiko pour propulser le TGV étant un acteur principal dans la passation de pouvoir au Capsat en 2009 après des piges de quatre ans sous l’ère Rajaonarimampianina qui le mettait au garage. Il n’a pas pu ainsi faire preuve de son talent et a choisi son camp à la présidentielle 2018. Son parti l’AVI fait partie de la plateforme de soutien au régime en place mais l’IRD n’accorde pas une grande importance à son soutien.

C’est juste si l’AVI dispose d’un ministre dans le gouvernement qui.n’est.d’ailleurs pas à l’abri d’une chiquenaude. Mais Ratsirahonana a la langue bien pendue et affirme par dessus le marché que tout pouvoir abandonné par l’AVI finit par une défaite. Allusion toute faite à Ratsiraka, Ravalomanana et Rajaonarimampianina. À qui le tour? La menace à peine voilée de Ratsirahonana était adressée à qui de droit. Peut -on craindre un parti et un personnage qui n’ont jamais réussi à se faire élire? Et qui est loin d’être une force politique en terme de nombre d’élus. L’AVI tient d’ailleurs son existence à travers son président fondateur comme la plupart des partis.

Le prétendu as était en fait un éternel valet qui se nourrit encore de quelques illusions. Il est peut-être temps de penser à la relève et.de passer au flambeau. On peut passer un Avi de recrutement.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter