Accueil » Faits divers » Ankorondrano – Un chauffeur meurt sur le coup
Faits divers

Ankorondrano – Un chauffeur meurt sur le coup

La Polo, les quatre roues en l’air

Un mort et trois blessés graves ont été constatés dans une sortie de route matinale, samedi, à Ankorondrano. Leur voiture se retrouve les quatre roues en l’air.

GRAVE. Samedi peu avant 5 heures du matin, sur la place de distribution de journaux à Ankorondrano, une voiture légère, une Polo, a fait une sortie de route d’une rare violence.

Le chauffeur est décédé sur le coup. Il était pris en sandwich à l’intérieur. Trois autres occupants du véhicule ont été sérieusement blessés.

La voiture se dirigeait vers Ivandry. Selon divers témoignages, elle roulait à tombeau ouvert. Lors de cette folle course sur la route à double file d’Ankorondrano, elle s’est subitement déportée et a percuté contre le pilier métallique d’un panneau publicitaire et un poteau électrique. Elle a foncé dans le trottoir endigué avec des balises en béton. Elle s’est finalement retrouvée les quatre roues en l’air, avec d’énormes dégâts matériels. Les chocs ont amoché sa partie avant. Son parebrise et les vitres ont volé en éclats.

Méconnaissable

Le conducteur a été touchée à la tête. Il était méconnaissable. Sa désincarcération entre le siège et le volant n’a pas été facile. Ses trois « collègues » souffrent de fracture au niveau des membres. Ils ont été conduits au service des urgences dans un état comateux.

« Nous avons appris qu’ils venaient de fêter un anniversaire », explique un témoin oculaire du drame. La police du poste avancé d’Ankorondrano et celle de la brigade des accidents sont venues constater l’accident. Elles n’ont pas pu identifier de suite les victimes. « Pour le moment, les blessés sont toujours à l’hôpital et nous ne pouvons pas encore recueillir ces détails-là. Nous les interrogerons dès qu’ils se réveillent ou dès que les médecins nous le permettront », confie un policier.

Dans les minutes qui suivaient l’accident, d’importants bouchons se sont formés car des passants et automobilistes brûlés de curiosité s’attroupaient sur les lieux. « Les policiers nous ont empêchés même de prendre des photos de l’accident. Mais il y a en a ceux qui ont réussi », explique un chauffeur.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter