Actualités Sport

XIVe Tour cycliste international de Madagascar – La petite reine garde espoir

La fête du cyclisme malgache risque de ne pas avoir lieu. Les organisateurs espèrent une meilleure maîtrise de l’épidémie de peste pour pouvoir maintenir l’édition 2017 du TCIM.

Ce n’est pas acquis. Le maintien de l’organisation de la XIVe édition du Tour cycliste international de Mada­gascar (TCIM) qui va se dérouler du 7 au 17 décembre dépendra de l’évolution de l’épidémie de peste qui sévit dans le pays.
Jusqu’ici, au niveau des préparatifs de l’évènement, le comité d’organisation présidé par Jean Claude Relaha a pu effectuer au mieux la reconnaissance du parcours qui fera 2886 km, avec 1763 km de transbordement et 1123 km de course, répartis en dix étapes. Le TCIM partira de Toliara, passera par Sakaraha, Ilakaka, Ihosy, Ambalavao, Manakara, Manan­jary, Irondro, Ambohi­mahasoa, Ambositra, Antsi­rabe et Antananarivo.
« Nous restons pour l’instant dans l’expectative par rapport à l’organisation du TCIM 2017. Au niveau des préparatifs, nous sommes prêts. J’aurai un entretien avec le ministre de la Jeunesse et des sports Jean Anicet Andriamosarisoa dans les prochains jours par rapport à ce grand rassemblement du cyclisme malgache au mois de décembre. Nous restons optimistes car nous savons actuellement que les cours des élèves malgaches reprendront le 6 novembre comme l’a annoncé le ministère de l’éducation nationale. Nous espèrons que ce retour à la vie normale sera bien rodé avant le début du TCIM le 7 décembre à Toliara », estime Jean Claude Relaha, président de la fédération malgache de cyclisme et directeur général adjoint du TCIM.
Ce qui est certain, c’est que la confirmation d’organisation ou l’annulation de l’évènement va se décider dans deux ou trois semaines au plus tard.
Budget colossal
Ce délai est nécessaire pour l’engagement de nombreux sponsors qui soutiennent le TCIM 2017. Les contrats qui ont été signés pour certains risquent de ne pas être maintenus en cas d’annulation. D’autres sponsors qui, ont donné leur accord pour soutenir le TCIM 2017 attendent les résultats des séries de discussions avec les organisateurs.
Pour avoir une idée globale du budget d’un TCIM, les apports des différents sponsors tournent généralement autour de 400 000 000 d’ariary. Une grande partie de ce budget est essentiellement utilisé pour les primes des coureurs, le transport, la restauration mais aussi l’hébergement de toute la caravane du TCIM.
Cette dernière compte quelques deux cents cinquante personnes allant des coureurs et dirigeants, passant par les officiels de course, les journalistes, jusqu’aux manutentionnaires, les chauffeurs ainsi que l’équi­pe médicale.
Tout se saura donc dans quelques semaines. Le promoteur du TCIM, Francis Ducreux est pour l’instant au Burkina Faso mais prévoit de venir à Madagascar vers la moitié du mois de novembre. « Espérons que cette épidémie de peste se tasse et que nous puissions faire comme chaque année la grande fête du cyclisme malgache », espère-t-il.

Dina Razafimahatratra