Actualités Faits divers

Rapt contre rançon – Meralli Ballou sort avec des séquelles à vie

Enlevé il y a dix-sept jours, un opérateur économique français d’origine indienne a été relâché après payement d’une rançon. Des séquelles ont été signalées.

Fin d’une éprouvante captivité. Séquestré pendant dix-sept jours par une escouade de ravisseurs, Nahid Meralli Ballou, un jeune opérateur économique français d’origine indienne, a recouvré la liberté, avant-hier. Dans un communiqué, le Collectif des Français d’Origine Indienne de Madagascar (CFOIM) a indiqué que le jeune homme de vingt-huit ans a retrouvé les siens lundi après-midi, aux alentours  de 19h 30. Des épreuves
traumatisantes qui laissent des séquelles à vie ont été signalées.
Le Collectif parle d’une épreuve difficile, avec tortures morales et physi­ques, sans pour autant lâcher des détails sur le calvaire de la victime et sa libération.
En tout cas, Nahid Meralli Ballou a été libéré sain et sauf après paiement d’une rançon dont le montant est tenu secret, dans le souci de ne pas donner encore plus d’ampleur à cet effrayant business criminel.
L’enlèvement a été perpétré dans la soirée du vendredi 6 octobre, vers 21h 30. Depuis, la commission  mixte, rassemblant la brigade spéciale de la gendarmerie nationale, des enquêteurs mixtes de la brigade criminelle au sein de la police et le CFOIM, s’est attelée sur l’affaire.
Renforts multilatéraux
Le rapt de Nahid Meralli Ballou est le deuxième dont s’est saisie la commission. Cette dernière a été, en revanche, mise en place dans l’objectif d’améliorer, entre autres, la sécurité des personnes menacées de kidnappings, de prendre de court les actes qui se préparent, mais aussi de gérer les cas qui surviennent.
Pour cette affaire naissante, aucune arrestation n’est encore signalée. Néanmoins, les investigations criminelles se poursuivent. La collaboration des forces de l’ordre au dénouement de cette histoire est saluée.
« Le CFOIM affirme sa reconnaissance à l’endroit des forces de l’ordre pour leur mobilisation dans cette nouvelle affaire et salue leur engagement à s’unir pour venir à bout de ce fléau qui mine la société malgache toute entière. C’est avant tout un espoir de rétablir progressivement un climat de confiance pour le pays, mais aussi un gage de sécurité pour les populations en général », déclare un membre du CFOIM.
Sur cette même lancée réitère l’appel lancé aux partenariats locaux, internationaux, bilatéraux et multilatéraux pour accompagner au mieux les autorités dans la mise en œuvre d’un dispositif susceptible de réduire à néant cette industrie criminelle.
Nahid Meralli Ballou était au volant de sa voiture dans une voie de desserte sans issue, plongeant dans le quartier de Mahatony lorsqu’il est tombé entre les griffes des ravisseurs. Les assaillants l’ont embarqué a bord d’un 4×4 de couleur grise avant d’abandonner le véhicule à Ambohijatovo, après transbordement.

Recueilli par Andry Manase