Actualités Social

Mahajanga – Un cas de peste détecté au barrage sanitaire

À titre préventif, un barrage sanitaire est installé à Belobaka. Les voyageurs des taxis-brousse circulant sur la RN4 et la RN6 doivent y passer un contrôle sanitaire anti-peste.

À peine le barrage sanitaire a été mis en place à Belobaka, sur la Route nationale 4, lundi après-midi, qu’un cas suspect de peste a été constaté par les médecins. Le malade vient de Port-Berger, et il a été détecté grâce à sa température corporelle élevée relevée à partir d’un thermomètre à infrarouge. Il a été immédiatement admis au Centre hospitalier universitaire de Mahavoky atsimo (hôpitaly manara-penitra) le jour même.
Le barrage sanitaire est installé près du poste de police de Belobaka par le Comité de lutte contre la peste sous la direction du Préfet de Mahajanga, Lahanaina Ravelomahay et du directeur régional de la Santé du Boeny, le Dr Diana Ratsiambakaina.
Les taxis-brousse desservant sur les zones nationale et régionale et circulant sur la RN 4 et la RN 6 sont concernés par ce barrage. Le contrôle sanitaire systématique des passagers est effectué 24 heures sur 24 et tous les jours. Il s’agit de prévenir une éventuelle propagation par voie de transport terrestre de la peste. Tous les voyageurs en taxi-brousse se dirigeant vers la ville de Mahajanga doivent obligatoirement passer un contrôle sanitaire à travers la prise de température.
Réquisition
En fait, l’Agence du Transport terrestre, le Bureau national de gestion des risques et catastrophes, et l’Organe mixte de conception collaborent à cette action préventive.
« Tous les médecins des Centres de santé de base des districts de Mahajanga I et Mahajanga II ainsi que ceux de la direction régionale de la Santé (DRS) du Boeny sont réquisitionnés. Ils effectuent une rotation pour que le contrôle sanitaire à Belobaka soit permanent pendant  dix jours », a expliqué un responsable auprès du Comité de lutte contre la peste.
Par ailleurs, les écoles privées catholiques ont repris les activités pédagogiques depuis lundi, en dépit des interdictions et des recommandations émanant de la Préfecture, de la DRS et de la direction régionale de
l’Éducation nationale du Boeny.
Vero Andrianarisoa