Accueil » A la une » Santé publique – Poussée du paludisme
A la une Régions

Santé publique – Poussée du paludisme

Face à la hausse des cas enregistrés, un renforcement du système d’information sanitaire et de la lutte contre le paludisme est de mise.

L’année 2020 est marquée par une forte hausse des cas de paludisme. Plus d’un million de cas ont déjà été recensés, à la moitié de l’année.

Plus de cinq cent mille cas de paludisme ont été enregistrés, au premier trimestre, selon des sources au sein du ministère de la Santé publique. Un spécialiste de la lutte contre le paludisme affirme une hausse des cas, en annonçant que Madagascar n’a connu que sept cent mille à huit cent mille cas annuels, ces dernières années, contre plus d’un million, actuellement. « Cela peut s’expliquer par le partage systématique des données au niveau de toutes les informations sanitaires. Il ne faut, toutefois, tenir compte des impacts de l’épidémie de coronavirus sur les activités de lutte contre le paludisme. Plusieurs intrants n’ont pas pu être acheminés dans les centres de santé, à savoir, les médicaments, les moustiquaires », indique cette source, hier.

Transmission

L’épidémie de paludisme a, certes, connu une baisse, depuis le mois de juillet août, mais Madagascar n’est pas encore arrivé à éliminer la maladie. Au contraire, le pays doit se préparer à une nouvelle recrudescence du paludisme, car la saison de transmission de la maladie, d’octobre à avril, va bientôt commencer.

Le Ministère de la Santé Publique va renforcer son système d’information sanitaire et particulièrement, la lutte contre le paludisme, via le nouveau projet intitulé « PMI Measure Malaria ». Ce projet est financé par le gouvernement des Etats Unis, à travers l’Agence américaine pour le développement international (USAID) et l’Initiative du président Américain contre le Paludisme (PMI). Il dure 5 ans et interviendra dans dix pays, dont Madagascar. « Le projet PMI Measure malaria vise à améliorer la disponibilité des informations en provenance des centres de santé. Nous avons besoin d’informations, et surtout, des données de haute qualité, pour prendre des décisions », souligne le Dr Maurice Ye, conseiller résident du projet PMI Measure Malaria pour le paludisme, Programme national de lutte contre le paludisme.

Ces données concernent tout ce qui est paludisme, tout ce qui est maladie prioritaire, avec un accent sur la santé de la mère et de l’enfant, les données d’accès aux services de reproduction, les consultations prénatales.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi