Actualités Social

Antananarivo – Trente mille admis au baccalauréat

44,48% des candidats à l’examen du baccalauréat à Antananarivo ont réussi. Le taux de réussite des séries scientifiques a chuté.

Plus de la moitié des candidats à l’examen du baccalauréat dans l’ex-province d’Antananarivo devront repasser l’examen, en 2018. Trente trois mille cent soixante dix sur les soixante quatorze mille cinq cent candidats ont été admis, selon le rapport de la direction des examens nationaux à Ankatso, hier, après la séance de délibération qui s’est tenue à l’Université d’Antananarivo. Ce qui donne un taux de réussite de 44,48%. Une baisse du taux de réussite est constatée, par rapport à la session 2016 où 49,8% des candidats ont réussi. « Il n’y a que la présentation massive des candidats libres qui peuvent expliquer ce mauvais résultat », souligne le Dr Olivier Rakotoarison, directeur des examens nationaux.
Les candidats de la série technique et technologie ont brillé avec un taux de réussite de 69,93%. Quarante sept ont obtenu la mention «Très bien» dans cette série. Le taux de réussite des candidats de la série A1 est de 45,57% et celui de la série A2, de 43,76%, contre 50,49% et 47,54% en 2016. Les séries scientifiques, quant à eux, ont connu un résultat
médiocre. Le taux des admis est de 36,14% pour la série C et 39,59% pour la série D. En 2016, ce taux de réussite a été respectivement de 42,22% et de 53,86%.

Scientifiques
Les notes ont été vraiment mauvaises pour les matières scientifiques. Sur une cinquantaine de feuilles de copie corrigées, il n’y a eu que six qui ont eu plus de la moyenne. Il en est de même pour les autres matières.
Selon des professeurs de mathématiques, ils n’ont attribué la moyenne qu’à 11% ou 12% sur cinquante copies. Des correcteurs des matières d’Histoire-Géographie et de Philosophie ont, également, fortement critiqué les devoirs des candidats. « Certains écrivaient vraiment n’importe quoi dans leur feuille de copie. Même ceux qui ont rédigé leurs devoirs en malgache ne maîtrisaient pas leur langue maternelle », regrettent des correcteurs.
Les sujets d’examen étaient, pourtant, au niveau des élèves de la classe de terminale. « Les élèves sont trop distraits avec la nouvelle technologie. Du coup, ils se concentrent peu aux études », avance Narison, un professeur de philosophie. Des professeurs de matières scientifiques remettent le fardeau aux épaules des nouveaux enseignants recrutés. « Ils ont sûrement la capacité d’enseigner, mais sont encore peu expérimentés. Il faudra corriger cela », indiquent-ils.
Les noms des admis seront affichés ce jour, dans les centres d’examen de l’ex-province d’Antananarivo. Les relevés de note sont disponibles à partir de la semaine prochaine.

Miangaly Ralitera