Accueil » Social » Crise sanitaire – Le centre Avoko s’adapte au confinement
Social

Crise sanitaire – Le centre Avoko s’adapte au confinement

Une  remise  de  don  au  centre  Avoko,  à  Ambohidratrimo,  hier.

Le centre Avoko Ambohidratrimo s’engage dans l’autosuffisance alimentaire pour pouvoir assurer son bon fonctionnement durant la crise sanitaire.

Organiser des activités génératrices de revenu. C’est la nouvelle méthode adoptée par certains centres pour pouvoir affronter la crise sanitaire actuelle. La plupart des centres d’accueil ou de prise en charge d’enfants ne disposent pas de budget spécial pour pouvoir assurer la continuité de prise en charge des enfants. À l’exemple du centre Avoko qui abrite plus de cent trente-deux enfants abandonnés ou victimes de violences par leurs proches ou parents. Ce centre essaie tant bien que mal de s’adapter à la crise, le confinement qui pèse sur l’approvisionnement des enfants du centre.

« C’est depuis le 20 mars que le centre avait suivi à la lettre les consignes par rapport au confinement, cela fait quatre mois que les enfants du centre sont mis à rude épreuve. Pour pouvoir fonctionner normalement, le centre nécessite près de 1 000 ariary par jour par enfant», indique Lalasoa Andriandanja, directrice du centre Avoko Ambohidra­trimo. Néanmoins, le centre se lance actuellement dans l’activité de production de charbon issu de déchets ou encore de compost pour le potager.

Autosuffisance

En outre, des produits issus de la broderie, de la couture de serviettes hygiénique, sont vendus pour pallier les difficultés financières. « 50% du budget du centre sont issus du parrainage au niveau national et international. 21% sont obtenus à partir des efforts internes, entre autres obtenu à partir des activités d’élevage ou de la production de charbon. Les aides des amis du centre constituent les 19% », enchaîne-telle.

Le centre dispose d’un grand jardin de plusieurs mètres carrés pour pouvoir effectuer un permaculture au profit des bénéficiaires du centre. « Nous possédons un jardin assez vaste et fertile, nous cultivons nos propres légumes. Nous avons également planté près de deux cent cinquante arbres fruitiers et nous commençons à récolter les fruits selon les saisons », enchaîne la directrice du centre. Ce centre assure également son autosuffisance en énergie et en eau à partir de la collecte de l’eau de pluie. « Nous collectons de l’eau de pluie durant la saison de pluie. Et ce à partir des petites citernes implantées partout dans le centre. Trois grandes citernes de 450m3, serviront également d’irrigation durant les six mois de saison sèche », conclut-t-elle.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi