Accueil » A la une » Conseil des ministres – Les sujets houleux débattus à Iavoloha
A la une Actualités Politique

Conseil des ministres – Les sujets houleux débattus à Iavoloha

Le conseil des ministres de mercredi dernier a traité les questions brûlantes du moment. Soamahamanina, réconciliation, code de la communication ont été longuement discutés.

Cogitation. Contraire­ment au compte-rendu de la réunion, les sujets sensibles du moment ont été abordés durant le conseil des ministres du 20 juillet. Les moyens de résoudre les contestations sur l’exploitation de Soamaha­manina, ou encore, concernant le code de la commu- nication et le blocage dans l’adoption des textes relatives à la réconciliation nationale ont été à l’ordre du jour.
« Les sujets d’actualité plutôt houleux ont été, effectivement, longuement discutés durant le dernier conseil des ministres », confirme une source gouvernementale. Selon ses explications, il a, surtout, été question de connaître les tenants et aboutissants des blocages ou des contestations du moment et de trouver une stratégie pour contourner ou résoudre les problèmes. Le communiqué de presse relatant les thématiques du dernier conseil des ministres est, cependant, muet sur ces sujets.
Des questions, qui au regard du tollé autour, pourrait être, au moins, de même degré d’intérêt général que les adoptions d’actes règlementaires, les nominations et les communications rapportées dans le compte-rendu de la réunion hebdomadaire de l’Exécutif conduite par le président de la République. Le communiqué officiel fait seulement état d’une trentaine de nominations aux hauts emplois de l’État et d’une communication relative à la participation du secrétariat d’État à la gendarmerie nationale, à la cérémonie d’adieux aux armes du directeur général de la gendarmerie nationale française, entre autres.

Contre-attaque
L’effort de transparence du pouvoir, semble-t-il, nécessite encore de gros efforts. La discrétion de l’Exécutif pourrait, toutefois, s’expliquer par le fait que, durant le conseil des ministres du 20 juillet, il a, plutôt, été question de stratégie pour convaincre l’opinion du bien-fondé des décisions étatiques.
Lors du conseil du gouvernement du 19 juillet, il a été décidé que l’exploitation minière de Soamahamanina serait mise en « stand-by ». Une large frange des habitants de Soamahamanina réclament, cependant, l’arrêt définitif du projet. À propos du code de la communication, le mouvement pour la liberté d’expression, par le biais d’une lettre, demande au président Hery Rajaonari­mam­pianina d’activer l’article 59 de la Constitution pour de nouvelles délibérations sur le code de la communication.
Concernant les textes sur la réconciliation nationale, une partie des députés conteste celui érigeant une Cour spéciale en matière de délinquance économique, notamment, de crainte que ce soit une velléité de cibler politiquement certaines personnalités. Outre la décision du conseil de gouvernement, l’Exécutif reste, jusqu’ici, stoïque face aux sollicitations et contestations, du moins, en public. Pour les textes sur la réconciliation nationale, l’opportunité ou non de convoquer une autre session extraordinaire du Parlement a été discutée durant le conseil des ministres du 20 juillet.
Les députés et sénateurs restent, pour l’heure, en vacances. Et, jusqu’ici, le pouvoir semble orchestrer une contre-attaque médiatique pour convaincre l’opi­nion du bien-fondé de ses décisions. Une manœuvre avec comme ligne directrice marteler des manipulations politiques. Une démarche qui tait, toutefois, les débats sur les fonds des problèmes.

Garry Fabrice Ranaivoson