Accueil » Régions » Diana – Le projet Miaro partage les bonnes pratiques
Régions

Diana – Le projet Miaro partage les bonnes pratiques

Les bénéficiaires de Miaro durant l’atelier de restitution des résultats.

Si le projet Miaro initié dans trois régions est prolongé, dans le Nord un atelier de restitution s’est déjà tenu hier pour présenter les acquis et les réalisations.

Le projet « Miaro » touche à sa fin. C’est un projet de gestion inclusive des risques et des catastrophes, mis en œuvre par le consortium Humanité & Inclusion et Care Madagascar. Il vise à renforcer la capacité de résilience au niveau communautaire et scolaire face aux cyclones et inondations. Intervenant dans trois régions, à savoir Boeny, Betsiboka et Diana, le projet a débuté en juin 2019 et devrait se terminer à la fin de ce mois de juin. Mais selon les explications, il est prolongé de trois mois pour finaliser quelques réalisations déjà en cours.

Dans la journée d’hier, Miaro a organisé un atelier de clôture et de restitution afin de partager les acquis, les réalisations, les bonnes pratiques et les leçons apprises pendant ces deux ans de travail, ainsi que les recommandations en vue de la continuité des actions. Cette rencontre avec les bénéficiaires du projet s’est déroulée au Centre Lucien Botovasoa. C’est l’occasion pour les organisateurs de rappeler la mission principale du projet Miaro.

Chaque année, les trois régions d’intervention sont particulièrement exposées aux cyclones qui se forment dans l’océan Indien et dans le Canal du Mozambique.

Réponse à Covid-19

Aussi le défi majeur du projet a-t-il consisté à mettre en œuvre une planification efficace des activités de prévention de risques et gestion de catastrophes, et de prendre en charge toute forme de vulnérabilités des communautés par la réduction des effets néfastes des catastrophes. Ils sont dotés de kits de prévention.

C’est pourquoi les principales activités ont été axées sur le renforcement de la capacité à réagir des comités de gestion des risques et catastrophes, le soutien des comités dans l’actualisation de leur plan de contingence inclusif, la réalisation des travaux de réhabilitation et d’aménagement d’abris d’urgence, la mise en place des microprojets communautaires…

De fait, quatre districts, sept communes et trente fokontany de ces trois régions ont bénéficié du projet financé par l’Union Européenne – Protection Civile et Aide Humanitaire. Il a ciblé plus de trois cent mille personnes soit trois cents ménages très vulnérables, soixante écoles primaires et quarante trois comités de gestion de risques et catastrophes inclusive ainsi qu’une trentaine d’associations villageoises d’épargne et de crédit. En outre, en réaction au contexte, la réponse à la pandémie de Covid-19 a été aussi l’une des actions phares mise en œuvre par le projet Miaro. Pour montrer sa solidarité dans la lutte contre l’ennemi commun, il a soutenu financièrement et matériellement le Centre régional de commandement opérationnel de Diana, dans la mise en œuvre de toutes les activités de sensibilisation.

« Mais comme la région Diana n’a pas été vraiment exposée aux cyclones durant les années 2020 et 2021, le Projet Miaro a réorienté ses efforts vers la lutte contre la propagation de la Covid-19. Le consortium a décidé de se mobiliser pour diffuser au maximum auprès des populations les messages de prévention face à la maladie et pour endiguer la contagion », explique Hasina Soariziky, responsable de zone Diana d’Humanité et Inclusion. Et de citer pour terminer la distribution de masques, de kits d’hygiène et de protection, et l’installation de stands de sensibilisation les jours de marché à Antsiranana et Ambilobe.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter