Accueil » Faits divers » Détournement – Un routier s’enfuit à Nosy Be
Faits divers

Détournement – Un routier s’enfuit à Nosy Be

Le chauffeur recherché s’est caché à Nosy Be.

Objet d’un avis de recherche lancé le 7 mars par la direction de la police économique, José Riri Mamy Rakotomihamina, un routier a récemment été piégé à Nosy Be. Son collègue reste introuvable.

FIN de cavale. Presque quatre mois après la diffusion de son avis de recherche, la police d’Antananarivo est finalement parvenue à arrêter José Riri Mamy Rakoto­mihamina.

Le camionneur a été ramené à la capitale pour être mis en examen à la direction de la police économique, à Anosy. Son suppléant, Manitriniaina Paul Alain Rakotonanahary, également recherché, demeure à ce jour insaisissable.

Tous les deux sont soupçonnés d’avoir détourné un camion et sa cargaison, des produits de première nécessité, pesant douze tonnes. Le préjudice s’élève à plusieurs millions d’ariary.

Ils ont quitté Mahajanga le 6 février pour rejoindre Antananarivo. Ils n’ont pas livré les marchandises à l’endroit convenu. Ils les ont déchargées ailleurs avant d’abandonner le poids lourd du côté d’Ankorondrano.

Le propriétaire a commencé à s’inquiéter et à les rechercher. Il n’a retrouvé que le camion vidé de ses occupants et de son chargement. Les deux conducteurs restaient sans nouvelles. Il a immédiatement porté plainte à la police.

Aveu

Dans un premier temps, la collecte de renseignements n’a pas donné grand-chose. Les fins limiers ont alors divulgué un avis de recherche tout en poursuivant les investigations. De fil en aiguille, ils ont fini par se rendre compte que l’un des principaux suspects a pris la fuite et s’est installé sur l’île de Nosy Be Hell-ville. Des policiers y ont été dépêchés pour l’interpeller.

L’interrogatoire a commencé dès leur retour à Antananarivo. Le chauffeur a avoué que son coauteur et lui ont déjà vendu les marchandises.

La police affirme être au cœur de l’enquête pour identifier et arrêter l’autre insaisissable et toutes les personnes ayant trempé dans l’affaire, dont les receleurs. Les informateurs sont sous couvert d’anonymat. De plus, les renseignements fournis par des civils l’ont beaucoup aidée.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter