Social

Promesse présidentielle – Nouvel appareil pour une dialyse gratuite

Le Président de la République, Andry Rajoelina prône la santé pour tous.

La dialyse n’est pas à la portée de tout le monde. Andry Rajoelina promet de la rendre gratuite à partir de l’acquisition d’un nouveau matériel cette année.

Gratuit. Des pluies de promesse ont été prononcées par le Président de la République et la gratuité de la dialyse dans le traitement de l’insuffisance rénale en fait partie. Cette nouvelle a été prononcée dans le discours du président de la République, Andry Rajoelina, lors de la remise des matériels sanitaires à l’Institut national de santé publique et communautaire (INSPC) à Befelatanana, hier. « Plusieurs personnes se plaignent du coût de la dialyse. Nous allons avoir de nouveaux équipements pour cette année afin que le coût de la dialyse soit gratuit pour tous », souligne-t-il dans son discours. Selon le Professeur Willy Randriamarotia, néphrologue, « C’est énorme et important surtout pour les malades. Le dialyse est un traitement à vie ». Il poursuit qu’un système a été expérimenté au sein du centre de traitement de rein à l’hôpital Befela­tanana pour pouvoir baisser le coût de la dialyse. « Nous avons pensé à réutiliser les consommables qui coûtent cher afin de réduire le coût de la dialyse. De ce fait, le coût de dialyse a baissé de 60%. Les gens paient 160 000 à 200 000 ariary pour chaque séance. Avec cette procédure, une personne dépense environ 800 000 à 1 000 000 d’ariary par mois au lieu de 2 400 000 ariary. Or une personne atteinte de l’insuffisance rénale a besoin de faire la dialyse trois fois par semaine. C’est encore onéreux pour les Malgaches. Dans les cliniques privées, c’est encore cher », affirme-t-il.

Transplantation
La transplantation ou la greffe de rein n’est pas encore accessible dans le pays. Cela peut être réalisable avec des machines plus sophistiquées et des lois précises. « La greffe et la transplantation de rein peuvent être exécutées dans le pays et des spécialistes existent. Mais il faut plusieurs procédures. D’ailleurs, la société malgache est sensible dès qu’il s’agit de transplantation d’organe. Il faut souligner qu’il ne s’agit pas de commerce d’organe. Nous sommes également en train d’élaborer des propositions de loi par rapport à la réalisation de transplantation et greffe de rein », enchaîne le professeur Willy Randriamarotia. Les médecins, les néphrologues, les chirurgiens cardio-vasculaires ont décidé de se rassembler dans une société dénommée société malgache de néphrologie. Une enquête a été menée dans trois chefs lieux de provinces du pays à savoir Toamasina, Maha­janga et Fianarantsoa. Selon cette enquête, 8 à 10% de la population sont atteints de maladie rénale chronique qui pourrait entraîner l’insuffisance rénale.

Remise de matériel sanitaire

Afin d’améliorer le système de santé dans le pays, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’Unicef, la Banque mondiale et GAVI ont remis divers équipements aux zones enclavées. Mille cinq cent tablettes seront reparties pour faciliter la surveillance électronique des épidémies et pour s’échanger d’information rapide. Mille cinq cent quarante trois vélos sont attribués aux agents de santé. Des pièges à rat de dernier cri ont été offerts pour traquer les rats vecteurs de la peste. Dix véhicules tout terrain et deux camions seront distribués dans les districts. Cinq cent centres de santé de base seront dotés de frigo solaire pour la conservation des vaccins.