A la une Economie

Vanille – Le calendrier de campagne contesté

Les  planteurs  des  communes  de  Tanambao  Daoud  et  de  Bemanevika  ont  des vanilles  en  maturité  précoce.

Des opérateurs en vanille demandent la révision du calendrier de la campagne 2020-2021. Le comportement de l’épice en est la raison.

«Trop tard pour la région SAVA » s’exclament des opérateurs de cette localité considérée comme un des berceaux produisant les meilleures vanilles au monde. L’ouverture de la campagne 2020-2021 pour la région SAVA est pour le 15 juillet au plus tôt. C’est pour la zone littorale, tandis que la zone intermédiaire est pour le 08 août et 15 août 2020 pour la zone montagneuse. « L’épice est déjà en maturité précoce, en ce moment même où je vous parle. Beaucoup sont même cassées en raison du poinçonnage marquant la propriété réelle de la vanille, tellement elles sont mûres. Dans un mois au plus, 70% de la vanille verte seront moisis sur pied » explique Imandroso, planteur et opérateur en vanille.

D’autres planteurs issus des communes rurales de Tanambaon’i Daoud et de Bemanevika, là ou la vanille est estimée l’émérite mondial, évoquent une baisse de qualité si la récolte se tient à cette date du 15 juillet. « Il n’y aura plus de vanille intéressante à cette date là. Nombreux planteurs seront tentés de récolter maintenant pour la revendre alors à la date avertie, alors que la qualité ne serait pas du tout la même au moment de la préparation » expliquent-ils.

De plus, 100kg de vanille récoltés aujourd’hui ne donneront plus que 60kg après une semaine. Les planteurs n’oublient pas de mentionner par ailleurs, le problème de vols de vanille sur pieds. Ils dorment dans les champs depuis le mois de janvier pour éviter que leurs biens ne disparaissent.

Prix plancher

L’arrêté interministériel sorti le 20 mai dernier rappelle que la commercialisation de la vanille verte et préparée est strictement interdite avant ces dates annoncées. L’ouverture du marché de la vanille préparée intervient par ailleurs quatre-vingt-dix jours après la date d’ouverture respective de la campagne dans chaque région. Les planteurs et opérateurs en amont de la vanille espèrent un prix plancher de 190 000 ariary pour un kilo de vanille verte contre 150 000 ariary l’année dernière. La vanille préparée doit être achetée par des exportateurs à 1 000 000 d’ariary contre 800 000 ariary l’année dernière et 1 500 000 ariary l’année d’avant. « La raison de cette demande de hausse de prix est dictée par une bonne qualité de la vanille cette année. De plus, le président de la République a promis de revoir les prix des produits au niveau des planteurs et paysans » insiste Imandroso. Pour l’heure, ces opérateurs n’ont d’autres choix que d’aller faire la demande de réparation de leur vanille fendue par le poinçonnage auprès de leur chef fokontany respectif, en attendant d’y voir plus clair. Ils pourraient demander une autorisation spéciale pour pouvoir préparer leur épice en maturité précoce.