Culture

Olo Blaky – « Mozika io ry baina » transcende les internautes

Olo Blaky amuse et enchante à la fois les mélomanes qui les ont rejoint  sur la page facebook de l’IFM Analakely samedi.

On n’aura de cesse de vous vanter le talent de ce groupe d’exception, ainsi que la personnalité électrisante de son chanteur. D’une grande humilité, il est de ceux qui méritent amplement d’être parmi les plus illustres et adulés de la scène musicale nationale. Olo Blaky en référence à cette couleur de peau que l’on arbore fièrement envoûte et conquiert à chacune de ses apparitions.

Avec comme principal atout son éclectisme artistique et musical, le groupe emmené par l’incontournable et imposant Naty Kaly au chant, Patrick à la guitare, Odylon à la basse et Tsiory Aaron à la batterie, a délecté les internautes d’un concert interactif inédit dans la matinée du samedi via la page facebook de l’Institut français de Madagascar (IFM) en direct même de sa salle de spectacle.

Un moment exclusif, mélodieux et jovial que le groupe s’est plu à partager avec ses inconditionnels et le public en général. Chantant les vertus de son fameux « Mozika io ry baina », comprenez par là une « malgachisation » taquine, mais néanmoins intelligente du terme musique urbaine. Olo Blaky assure un concert énergique et resplendissant de vivacité comme on aime. Les riffs à la guitare électrique se conjuguent alors avec les rythmiques traditionnelles du Sud quand le groupe rentre en scène. De « Adiny firy » à « Ainy » en passant par « Hanova ny tany », jusqu’au titre en joué comme « Alakamisy pipol » et le poétique « Hatsarana », le répertoire que les fans apprécient de Olo Blaky s’affiche. Le tout sublimé comme toujours par les pas de danse enchanteurs de Naty Kaly. Hâte de découvrir la suite.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter