Accueil » Social » Enseignement supérieur – Pas de cours à l’université d’Antananarivo et de Fianarantsoa
Social

Enseignement supérieur – Pas de cours à l’université d’Antananarivo et de Fianarantsoa

Le syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l’enseignement supérieur (Seces), section Antananarivo ne ferait pas machine arrière, quant à leur dernière déclaration sur « l’université et les centres de recherche morts ». Il invite la grande famille de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, à prendre leurs responsabilités respectives, en conséquence. Ainsi, à partir de ce jour, « tous les établissements de l’université d’Antana­narivo seront fermés. Les enseignants-chercheurs et les chercheurs-enseignants ne rejoindront pas leur poste. », annonce le Seces Antananarivo, hier.

Le Seces Fianarantsoa se joigne au Seces Antananarivo. À compter de mardi, l’université de Fianarantsoa sera fermée pour une durée indéterminée. Le syndicat du personnel administratif et technique (PAT) de Fiana­rantsoa va, également, grossir le rang des enseignants-chercheurs pour réclamer la promulgation du projet de loi sur l’autonomie universitaire. « La non promulgation de cette loi est une menace pour l’enseignement supérieur », insiste le Seces Antananarivo.

Pour les enseignants-chercheurs, la promulgation de l’autonomie universitaire permettra de prévenir les divers problèmes de l’enseignement supérieur. Notamment, le retard du paiement des bourses d’étude, des salaires du personnel administratif et technique et des rémunérations des heures complémentai­res des enseignants-chercheurs et des chercheurs-enseignants.

Le Seces Antananarivo fustige la Haute cour constitutionnelle (HCC) d’avoir rejeté ce projet de loi. Il exhorte le président de la République de le promulguer. « Les universités ont besoin d’une autonomie administrative, financière et scientifique, pour développer l’enseignement supérieur. »

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter