Accueil » A la une » Lutte contre les trafics – Coup de balai au sein de la police aux frontières
A la une Politique

Lutte contre les trafics – Coup de balai au sein de la police aux frontières

Un  grand  changement  s’annonce  au  contrôle  à l’aéroport  d’Ivato.

Verrouiller la sécurité et la sûreté auprès des aéroports pour mettre fin aux trafics est la consigne présidentielle. Dans ce sens, la police nationale procède au renouvellement des effectifs de la PAF.

Annihiler les trafics qui passent par les aéroports. À entendre les différents discours de ces dernières 48 heures, telle est l’exigence des chefs de l’Exécutif, notamment, le président de la République. Aussi, c’est le branle-bas de combat au sein des responsables gouvernementaux concernés pour traduire en acte les directives politiques.

Missionné pour évaluer la situation à l’aéroport d’Ivato, les 23 et 26 février, le contrôleur général de police Fanomezantsoa Randrianarisoa, ministre de la Sécurité publique, a présenté son rapport dans une communication faite en conseil des ministres, mercredi. Une des mesures phares qui découlent de cette descente sur terrain, comme le rapporte le communiqué de la réunion hebdomadaire de l’Exécutif, est le renouvellement des effectifs de la Police de l’air et des frontières (PAF).

Quasiment tous les éléments de la PAF qui sont en frontline, c’est-à-dire, ceux qui sont au contact des voyageurs devront être remplacés. Les seuls qui pourraient échapper à l’affectation sont ceux dont les missions impliquent une technicité spécifique, comme la manipulation de matériels numériques. Une première vague des nouvelles affectations est déjà en poste depuis une semaine.

« D’autres vont venir. Il y en aura dans une semaine, par exemple et ainsi de suite Nous opérons par vague, puisque les éléments de la PAF doivent encore suivre des formations préalables sur les domaines nécessaires à leurs attributions spécifiques. Il faut un effectif conséquent, également, puisqu’ils font une rotation de 24 heures », explique le commissaire divisionnaire Aina Andriambelo, directrice de cabinet du ministère de la Sécurité publique. Elle atténue l’idée d’un coup de balais par le fait que ce renouvellement d’effectif constitue un redéploiement des policiers.

Tous les éléments qui sont en poste plus de six ans sont affectés. La commissaire divisionnaire Andriam­belo concède, néanmoins, qu’il y a surtout un objectif d’assainissement. Tous ceux qui font l’objet de doléance, ou suspectés d’être impliqués dans des affaires douteuses seront sujets à enquête.

Poursuites judiciaires

« Je tiens à souligner que l’amélioration des services au contact des citoyens est inscrite dans la politique du ministre. Nous l’avons déjà fait pour le service des passeports et c’est au tour de la PAF maintenant », ajoute la directrice de cabinet.

Depuis deux ans, les trafics qui sortent par les aéroports, les trafics d’or notamment, défraient les chroniques. Bien que les autorités politiques martèlent la tolérance zéro, les discours ne suffisent, visiblement, pas à dissuader les trafiquants. Ayant effectué une descente à l’aéroport d’Ivato, lui aussi, hier, le général Serge Gellé, secrétaire d’État à la gendarmerie nationale, a affirmé, il n’y aurait pas de trafic sans complicité.

Le général Gellé met toutes les entités chargées de la sécurité et de la sûreté aéroportuaires dans le même bateau, même les gendarmes. Après le ministre de la Sécu­rité publique, le secrétaire d’État à la gendarmerie nationale s’est à son tour rendu en personne à Ivato, hier, pour affirmer de vive voix l’ordre d’annihiler les trafics qui passent par cet aéroport. Pour l’occasion, il a été accompagné d’une forte délégation composée du commandant de la gendarmerie nationale et des principaux responsables des bérets noirs dans la province d’Antana­narivo et la région Analamanga.

« La mission des gendarmes ici est d’assurer la sécurité et la sûreté autour de l’aéroport et sur le tarmac. La mission est claire, gare à ceux qui se hasardent à dépasser leur compétence. Dénoncer et empêcher tout acte illégal fait, également, partie des attributions du gendarme. Il doit donc agir s’il voit des faits illégaux. Nous pouvons et nous devons mettre fin à ces trafics si chacun fait son travail correctement et consciencieusement », soutient le général Gellé. Pour l’heure, il n’est visiblement pas encore question de renouvellement des effectifs en poste à l’aéroport d’Ivato pour les bérets noirs.

La directive politique de combler toutes les failles au niveau des aéroports afin de mettre fin aux trafics s’impose à toutes les entités concernées. En marge de la passation de service avec son prédécesseur, Rolland Ranjatoelina, ministre des Transports et de la météorologie, a mis à l’index l’entité privée chargée de la sûreté à l’intérieur de l’aéroport d’Ivato, notamment. Il a indiqué que redresser ces failles fera partie de ses priorités, dans l’optique de redresser la compagnie Air Madagascar. Dans sa communication qu’il a faite en conseil des ministres, le contrôleur général de police Randrianarisoa a mis l’accent sur douze points à améliorer à l’aéroport d’Ivato.

Dans la liste figure, notamment, la révision des points d’installation des caméras de surveillance, pour avoir de meilleurs angles de vue des zones sensibles. Il y a, aussi, le filtrage strict et une meilleure identification des personnes ayant accès aux zones d’embarquement et les tarmacs comme les services protocolaires. Des suggestions sur l’usage des passeports diplomatiques ont, également, été faites par le ministre de la Sécurité publique.

L’intransigeance des directives politiques dans la lutte contre les trafics, notamment, le trafic d’or concerne également, le volet judiciaire. Ces derniers jours, les arrestations de présumés trafiquants d’or et leurs éventuels complices s’enchaînent. Mercredi, par exemple, des ressortissants étrangers et malgaches ont été placés en détention provisoire. Le commerce illicite du métal jaune et des fraudes douanières sont les chefs d’inculpation retenus contre eux.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • faire un nettoyage au niveau des personnels et cadre des douanes tres bien ! mais au détriment des voyageurs c’est
    inadmissible seulement à Madagascar nous constatons cet état de fait.