A la une Faits divers

Andoharanofotsy – Trois disparitions d’enfants virent en pagaille

Des disparitions d’enfants suscitent des remous à Andoharanofotsy depuis une semaine.

Un homme de cinquante-six ans a frôlé la mort. Alors que trois enfants sont portés disparus, il a été soupçonné d’avoir commis un kidnapping.

Une inquiétude saisit à Ankadi­efajoro Andoharanofotsy. Suspecté d’être un ravisseur d’enfant, un homme de cinquante-six ans a frôlé la mort. Une foule en furie était sur le point de lui faire subir un acte de vindicte populaire lorsque des éléments d’intervention de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Andoharanofotsy sont arrivés in extremis. Le quinquagénaire venait d’arriver de Toamasina. N’étant pas des environs, il a fait l’objet de soupçons de rapt d’enfant à son arrivée à Ankadiefajoro Morarano, après que des disparitions d’enfants ainsi que des suspicions de kidnapping ont fait jaser dans les quartiers avoisinants. D’après les déclarations des voisins à la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Andoharanofotsy, trois enfants sont portés disparus depuis le lundi 16 mars. Les autorités ont été alertées et des recherches menées mais celles-ci se sont avérées infructueuses.

Les nerfs à fleur de peau, le fokonolona était aux aguets et tenait à l’œil les étrangers ainsi que la circulation de personnes.

Investigation

Dans la matinée de jeudi, aux alentours de 9h30, la présence, dans les parages, du quinquagénaire a mis la puce à l’oreille aux riverains qui, d’emblée, ont soupçonné ce dernier d’avoir enlevé un enfant.

Alors qu’une vive tension s’emparait des environs et que des individus en état d’énervement se sont attroupés pour commencer à s’en prendre au présumé ravisseur d’enfants, les gendarmes de la brigade territoriale d’Andoharanofotsy ont été alertés au téléphone. Sans tarder, cinq éléments ont été envoyés à la rescousse. Arrivés de justesse sur place, les éléments d’intervention ont arraché le quinquagénaire des griffes des badauds en colère. Il ­a ­tout ­de ­suite été placé en garde à vue à la caserne de la brigade de la gendarmerie à Andoharano­fotsy. En menant leur investigation, les gendarmes n’ont pas réussi à vérifier si les cas de kidnapping signalés étaient avérés ou non. Faute de preuves suffisantes, le quinquagénaire a été relâché.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter