Accueil » Editorial » Coronavirusse
Editorial

Coronavirusse

Et Vladimir Poutine est passé à l’acte. Depuis hier les menaces de guerre contre l’Ukraine ont été exécutées par le maître du Kremlin et peut-être du monde. Eh oui, l’Ukraine semble abandonnée par le reste du monde notamment par l’OTAN. La diplomatie a échoué et les occidentaux ne font que condamner l’intervention tout en annonçant des sanctions économiques dont on voit mal comment elles peuvent atteindre la Russie et faire fléchir Poutine. Le Tsar a attendu le départ de Merkel et l’arrivée de Biden pour agir. L’Europe est affaiblie et n’aime guère guerroyer alors que Biden n’a pas la fougue de Trump. Avant de passer à l’acte, il a déjà pensé à tout et son avertissement contre toute réplique étrangère en dit long sur sa détermination à aller jusqu’au bout de ses intentions et sur son assurance. Ce qui est certain, c’est que le reste du monde va être infesté par les conséquences de ce nouveau coronavirusse. C’est ainsi qu’on doit l’écrire étant donné que Covid-19 est féminin selon l’Academie française. Certes, d’aucuns diront que l’Ukraine est assez loin pour qu’on s’en émeuve. Soit mais il ne faut pas oublier qu’on a le même fuseau horaire que Moscou. On vit donc en direct avec Poutine.

Dès hier, aux premiers bombardements le prix des matières premières, le marché boursier, le marché pétrolier ont marché sur la tête. Le baril a été le premier à prendre l’ascenseur côté à 96 dollars et les prévisions le voient au delà de 100 dollars dans les jours qui viennent. Il faut remonter à 2014 pour retrouver un tel niveau.

Le blé dont l’Ukraine fournit les 10 % de la production mondiale et la Russie 30%, a également flambé depuis hier avec un prix record de 344 euros la tonne contre 313 euros le 24 novembre 2021. Le maïs approche aussi un record avec 304 euros la tonne contre 320 euros en août 2021.

Il va sans dire que toutes ces hausses vont se répercuter sur les prix des produits importés chez nous dans quelques semaines. Et si la guerre perdure, des pénuries sont à prévoir. Le port d’Odessa a été endommagé par les bombardements russes alors que toutes les marchandises partent de là.

Voilà, mondialisation étant on ne peut pas être épargné par cette guerre même si émotionnellement on peut s’en moquer éperdument. Reste à savoir si le vaccin spoutnik est efficace contre la coronavirusse.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La problématique avec ce type de personnage c’est le manque de discernement qui séduit sans doute certains oligarques qui l’entourent, mais peut-être beaucoup moins un grand nombre d’hommes d’affaires russes tournés à l’International car, ne vous en déplaise, déjà la chute du rouble est annonciatrice de problèmes à venir. Sous cet aspect il reste une lueur d’espoir qu’il fasse marche arrière.
    Est-ce chez lui une tentative de restaurer une grande Russie comme au temps de l’URSS avant de quitter son mandat, le dernier probablement, est-ce la menace que l’Ukraine un jour n’adhère à l’OTAN, est-ce un rapprochement pervers avec l’Empire du Milieu pour en découdre avec toute forme de puissance sur le terrain économique international, en Afrique en particulier ?
    Quelles que soient les raisons qui animent ce personnage irresponsable, son acte est d’autant plus condamnable qu’il menace d’user de l’arme nucléaire à mots à peine voilés, ce qui sous-entend que n’importe quel Etat à travers le monde, dès lors qu’il en dispose, pourrait se permettre d’en faire autant. A quand Taïwan, ou la Palestine.. ?
    Ce type aura créé un fâcheux précédent qui nous concerne tous sur le globe désormais, écœurant.