Accueil » Régions » VOHIPARARA – Des passagers bloqués par la montée des eaux
Régions

VOHIPARARA – Des passagers bloqués par la montée des eaux

C’est depuis avant-hier soir que l’eau a commencé à monter et a envahi la route à près de 1km avant Vohiparara, dont la RN25. Hier matin, nombreux véhicules qui ont passé par cette route ont été retardés par la montée des eaux. « On était arrivé à 4h du matin à peu près à 1km de Vohiparara quand on s’est aperçu que le niveau de l’eau est devenu critique. On n’a pu partir que vers 7h30 du matin et on a mis une demi-heure pour patauger dans l’eau. On est arrivé à destination vers 16h » indique Hery, un père de famille voulant aller à Manakara. Une dizaine de véhicules ont été bloqués des heures. Trois coupures dues à l’augmentation du niveau de l’eau ont été observées, selon les témoins. Des véhicules ont tenté de passer malgré les risques, d’autres ont attendu que la situation se calme. On n’a pas attendu puisqu’on voulait arriver à temps à Manakara. Pour ce faire, certains véhicules ont été poussés. Le but est de bien guider le conducteur dans la bonne direction sans qu’il y ait un risque que le véhicule soit submergé. Par ailleurs, les pluies incessantes ont causé des dégâts et des éboulements le long de la RN25. « Il n’y avait pas seulement que de l’eau, on a observé trois points d’éboulement. Toutefois, on a essayé de passer outre les amoncellements de terre sur cette route nationale », indique Rija, usager de la route. Le ministère des Travaux publics a fait savoir sur sa page que l’enlèvement des dépôts de terre a été procédé sur la PK 35+400 de la RN25 hier en mi- journée à travers la Diréction régionale des Travaux publics à Vatovavy (DRTP Vatovavy). La circulation est rétablie mais toutefois la vigilance est de mise.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter