Accueil » Régions » TOLAGNARO – QMM accorde des compensations financières aux villageois
Régions

TOLAGNARO – QMM accorde des compensations financières aux villageois

Trois accords signés hier entre les communautés et la compagnie QMM.

Le dénouement des differends entre QMM et les communautés riveraines impactées par l’exploitation de l’ilménite de Mandena se poursuit. Trois accords ont été signés hier avec des associations de pêcheurs et d’usufruitiers.

Début de réponses satisfaisantes aux demandes de compensations financières exprimées par les communautés impactées par les effets de l’exploitation d’ilménite de Tolagnaro.La situation sociale à Tolagnaro a commencé à exploser quand des cadavres de poissons ont été découverts à la rivière d’Andrakaraka, située près du site minier de QMM (QIT Madagascar Minerals), en février 2020.
Les mouvements se sont amplifiés conduisant à des recherches d’issues entre la compagnie et les pêcheurs au début. Un accord a été signé en mai 2022 remettant en question les compensations financières. La compagnie QMM annonce alors que près de trois mille usufruitiers et deux mille pêcheurs répondent aux critères d’éligibilité aux compensations financières relatives aux préjudices liés aux activités de QMM.
Trois accords ont été signés hier entre ces trois groupes de communautés et la compagnie minière.

Projets

Avec les pêcheurs d’Evatraha, Andrakaraka, Andranokana et Amparihy, les communes d’Ampasy-Nahampoana et de Mandro­mondromotra et le troisième accord signé concerne les usufruitiers des communautés hôtes de la mine de Mandena.
Ces signatures d’accord sont l’aboutissement des négociations soulignées dans l’accord de mai 2022. « Une fois l’éligibilité des plaignants établie, les négociations, démarrées en décembre de l’année dernière se sont focalisées sur les impacts liés aux activités de QMM dans le passé suivant les particularités des différents groupes. Les discussions se sont déroulées dans le respect des dispositions de la charte de négociations signée par les parties et en présence de médiateurs et d’observateurs afin d’assurer l’objectivité et la neutralité du dialogue » explique un communiqué de la compagnie QMM. À l’issue des délibérations, les parties se sont entendues sur la nature et les montants des réparations des préjudices. Les compensations financières varient avec une fourchette de 2 millions d’ariary à plus par individu ou par famille, et dépendant des groupes de communautés concernés.
« C’est l’aboutissement d’une véritable collaboration avec les autorités locales et nationales, les représentants des communautés et les chefs traditionnels, ceci à travers un processus de gestion des doléances, convenu par toutes les parties prenantes » explique le directeur général de QMM, David-Alexandre Tremblay. Les signatures d’hier mettent également fin à toutes demandes de compensations relatives à la gestion des ressources naturelles et les ressources halieutiques dans le système lagunaire. Les parties prenantes ont prévu de définir les mécanismes deco-design des projets communautaires à mettre en place. Ceci, faisant encore partie des accords de mai 2022, mis à jour en août 2022.
Le QMM augmentera ses investissements dans le cadre de sa politique de Responsabilité sociétale d’entreprise (RSE), passant d’un budget de un million de dollars à dix millions de dollars d’investissement pour les trois prochaines années. L’objectif est de mettre en œuvre des projets de développement identifiés en collaboration avec les communautés.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter