Accueil » A la une » Kidnapping raté – Un Chinois et deux Malgaches arrêtés
A la une Faits divers

Kidnapping raté – Un Chinois et deux Malgaches arrêtés

La brigade criminelle se charge de l’affaire.

Une tentative d’enlèvement d’un enfant a eu lieu vendredi 19 novembre, à Ambaniala Itaosy. Trois suspects dont un Chinois seront traduits au parquet ce jour.

DEUX ravisseurs ont relâché leur victime, un garçon de 4 ans, le vendredi 19 no­vembre, à Ambaniala Itaosy, lorsqu’ils ont été poursuivis par la foule. Avec un Chinois, présumé cerveau du rapt, ils seront présentés au procureur ce jour.

Depuis leur arrestation, le ressortissant étranger a été retenu en garde-à-vue à la Surveillance du territoire et les deux Malgaches à la brigade criminelle (BC) saisie de l’enquête.

La semaine passée, des témoins ont remarqué deux individus suspects. Ils guettaient l’enfant pendant l’absence de ses parents. Aussitôt prévenus par les voisins, les parents ont décidé de ne pas envoyer leur fils à l’école, le vendredi.

Le jour même, le duo a débarqué et attrapé l’enfant qui jouait dans la cour de leur maison, à Ambaniala. L’entourage a cherché à les arrêter. La course-poursuite a permis de libérer le pauvre innocent. Les kidnappeurs se sont échappés.

La police a été alertée. Elle a procédé au coup de filet. Le cerveau du kidnapping a été arrêté en premier.

Expulsion du territoire

La domestique de la famille du garçon a reconnu l’employé du Chinois dans les locaux de la BC. D’après elle, c’est lui qui talonnait le garçon à chaque fois qu’il allait à l’école. L’homme a été tout de suite interrogé par les enquêteurs.

Quant au Chinois, il est connu de la police pour ses antécédents judiciaires. Il fait l’objet de deux expulsions du territoire par le ministère de l’Intérieur. Pourtant, il est toujours au pays.

Il avait déjà écopé d’une peine de prison pour avoir arrosé d’acide une représentante des commerçants locataires de boutiques à Analakely. L’histoire scandaleuse remonte en 2014. Il voulait chasser les locataires, mais ceux-ci se sont opposés et ont porté leur litige en justice. Ils ont toujours eu gain de cause.

Le propriétaire de l’édifice commercial avait éjecté le Chinois pour céder la boutique aux parents du garçon, cible du kidnapping.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter