Accueil » A la une » Plateforme covid-19 – L’armée passe la main
A la une Social

Plateforme covid-19 – L’armée passe la main

Le MPTDN, en tant que concepteur de l’application, explique le fonctionnement avec le personnel militaire.

La fermeture du Centre de traitement militaire de Mahamasina marque l’attribution au ministère de la Santé des pleins pouvoirs dans la gestion de la lutte contre le coronavirus.

Au bilan. La Plateforme de gestion médicale (PNGM) covid-19 est opérationnelle depuis soixante quinze jours. Dirigé par un personnel militaire, la plateforme est passée hier, aux mains du ministère de la Santé publique. La passation s’est faite durant la cérémonie de fermeture du Centre militaire de traitement de la covid-19 (CTC) à Mahamasina. Depuis sa mise en place, plus de cent quinze mille appels sortants ont été envoyés en collaboration avec une centaine d’agents du Groupement des professionnels des relations clients.

« La plateforme est, à présent, en mesure de mobiliser une campagne d’appels pour annoncer le résultat des PCR, qu’il soit négatif ou positif, afin d’arriver à un recoupement et un complément d’information concernant les patients. Dans ce but, les responsables de la plateforme se répartissent en plusieurs cellules qui prennent en charge la gestion des cas graves, le suivi sanitaire des cas confirmés ou encore les opérations de suivi épidémiologique afin de gérer la base des données », explique Andriamanohisoa Ramaherijaona, ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique (MPTDN).

Coordination

Il rajoute que « cette base de données assure un suivi journalier de tous les cas positifs en auto-confinement ou dans les centres dédiés. L’utilisation de l’application du logiciel Covdata développé par le MPTDN et l’eTECH, aura été la pierre angulaire dans la gestion des données numériques qui permettent d’avoir un état des lieux précis de la situation de la covid-19 sur tout le territoire national».

« Durant toute la période où la plateforme a été opérationnelle, les responsables ont reçu plus de cinquante cinq mille appels et envoyé plus de trente trois mille sms vers les personnes testées et traitées de la covid-19. Pour optimiser son rôle, il est primordial que tous les acteurs de la lutte puissent coordonner leurs actions et ce, promptement. L’objectif étant que le Covdata devienne un outil de décision en temps réel dans cette lutte », poursuit Hariniaina Ravoavy, médecin-colonel, responsable de la PNGM, durant la présentation des lacunes décelées dans l’utilisation de la plateforme.

Une façon pour ce responsable de suggérer que les remontées d’informations doivent se faire le plus vite possible depuis les professionnels de la santé et le groupement des professionnels en relation clients, pour qu’ensuite les éléments d’intervention puissent agir de la même manière afin de sauver le plus de vies possibles. Cette plateforme unifiée répertorie progressivement les ressources et infrastructures disponibles, suivant les mises à jour effectuées par tous les acteurs de la lutte. Notamment les agents de santé, les responsables du Centre de commandement, mais aussi les téléopérateurs chargés du suivi à distance des personnes infectées ou en quarantaine.

Si l’un des maillons de cette chaîne se trouve à la traine, c’est tout le système qui est ralenti, d’où les retards de l’arrivée des informations chez les patients et les retards de mise à jour des statistiques journalières des centres de traitement. Les professionnels de santé qui prendront dorénavant les commandes du PNGM, devront ainsi plancher sur la rectification de ces quelques points.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

Voir aussi