Chronique

Postes : La philatélie, une passion indémodable

Avec l’avènement de la messagerie électronique et de ses ramifications, d’aucuns pensaient que les jours de l’enveloppe et du timbre étaient comptés. Apparemment il n’en a rien été. À preuve, la prochaine visite du Pape François a fait l’objet de l’émission d’un timbre spécial tiré à un million d’exemplaires et mis en vente au prix de mille ariary. Le premier responsable des Postes n’oublia pas de rappeler que ce timbre à l’effigie du Saint Père « fera connaître notre pays dans le monde entier ». Là est la différence avec le mail et autres facebook ou twitter : le timbre n’assure pas seulement une transmission froidement utilitaire, il a une toute autre dimension en étant en elle-même un support informatif universel ouvert à tous les thèmes, lesquels sont traités avec un souci esthétique insoupçonné sur une aussi petite surface.

Ce n’est point être chauvin que d’affirmer que Madagascar possède et continue d’émettre parmi les plus beaux timbres du monde. L’Administration des Postes, et c’est tout à son honneur, a toujours accordé à la philatélie la place qu’elle mérite aussi bien dans ses préoccupations que dans ses structures. Les émissions annuelles peuvent atteindre ou même dépasser la dizaine de millions d’unités sur des thèmes allant de la faune et de la flore aux personnalités célèbres, en passant par les sites touristiques et les événements majeurs. Peuvent aussi s’y ajouter les messages à caractère éducatif.

Des philatélistes sont régulièrement inscrits tant à Madagascar qu’à l’étranger où l’on remarque une forte proportion de Français et de Japonais. Parallèlement aux relations existant entre passionnés du monde entier, lesquelles tournent surtout autour des offres d’échange, certains ont l’habitude de déposer un acompte leur assurant une livraison à chaque nouvelle parution. D’autres se réfèrent aux catalogues internationaux pour se mettre à jour. Les possibilités de fraude existent, raison pour laquelle les timbres sortant dans tous les pays sont sériés par l’Union Postale Universelle.

Force de pénétration

La valeur des timbres de collection obéit à un ensemble de critères précis dont le thème, les couleurs, l’ancienneté, la valeur faciale. Les vrais connaisseurs ont leurs manies comme celle de manipuler les timbres de collection avec des pincettes. Un simple pli les déprécierait. Ils courent également après des anomalies comme les fautes d’impression ou des dentelures incomplètes. Ce sont là des marques de rareté qui augmentent d’autant la valeur de l’objet. Le timbre a une force de pénétration quasi-planétaire. C’est pourquoi un soin particulier est apporté au choix des thèmes et spécificités qu’il est appelé à véhiculer par-delà les frontières. Le tourisme est un des plus importants bénéficiaires. On a, par exemple, vu et apprécié des émissions montrant Nosy Iranja, ou le cimetière des pirates de Sainte-Marie.

Le timbre sert aussi de support à des produits comme les enveloppes « premier jour », les blocs de luxe, les timbres non dentelés, les albums qui sont déjà des collections toutes faites. Le courrier électronique aura beau étendre sa toile, le timbre promet de toujours faire plus que de la résistance. Car comme le disait le poète anglais John Keats, « a thing of beauty is a joy forever ».

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter