Politique

Union Européenne – Ravalomanana supplante le régime

Marc Ravalomanana compte bien user de son statut d’opposant pour poser ses marques.

Marc Ravalomanana endosse pour la première fois sa veste de chef de parti d’opposition sur la scène internationale.

Il fallait s’y attendre. Marc Ravalo­manana n’entend pas jouer le simple figurant dans la vie du pays en étant opposant au régime. Au contraire, le président du parti Tiako i Madagascar semble avoir trouvé un statut qui lui va comme un gant en jouant le rôle de contre-pouvoir. Son déplacement actuel à Bruxelles semble s’inscrire justement dans l’accomplissement de ce nouveau rôle. Il a même véritablement supplanté le régime en y allant avant les autorités en place et en rencontrant les hauts responsables de cette organisation qui regroupe 28 pays européens.
« Le parti TIM a informé ses interlocuteurs de son intention de bâtir une opposition crédible et légitime en votant des lois utiles pour le développement du pays, en servant de porte-parole à la population et en soulevant les problèmes dans la gouvernance de l’État par des commentaires et des dénonciations. L’Union Européenne est disposée à aider le pays afin que Madagascar devienne un modèle de démocratie en Afrique », stipule une information diffusé sur le site du parti TIM en ce qui concerne ce déplacement.

Opposition forte
Cette visite à Bruxelles est loin d’être fortuite dans le contexte politique actuel à Madagascar. L’Union européenne est connu par l’importance qu’elle accorde à l’existence d’une opposition forte dans un pays qui est une des gages d’une démocratie solide. Le TIM a déjà annoncé officiellement son intention d’être un parti d’opposition à Madagascar, une position que son congrès national qui s’est tenu la semaine dernière a également confirmé. Une déclaration officielle faite dans ce sens auprès du ministère de l’Intérieur a également reçu une confirmation officielle par le biais de la délivrance d’un récépissé.
Voilà pourquoi le passage du président du seul et plus grand parti d’opposition malgache dans la capitale européenne ne passerait sans doute pas inaperçu même si, pour l’heure, aucune déclaration officielle n’a été faite par Bruxelles sur cette information. En tout cas, Marc Ravalomanana est connu pour ses « entrées » faciles les nébuleux locaux de l’Union européennes, surtout qu’il dispose du soutien de son ami Louis Michel, ancien haut responsable de l’UE avec qui il avait beaucoup travaillé du temps où il a été chef de l’État.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Un article teinté de « sensationnel  » style des blogueurs de caniveau qui enlève tout professionnalisme déontologique à leurs auteurs . Qu’on se le dise très clairement : Marc RAVALOMANANA n’a pas encore officiellement le statut de chef de l’opposition .Le minimum d’honnêteté intellectuelle serait de bien souligner qu’il y a des démarches républicaines claires dans les textes pour obtenir ce statut . Rien n’indique également que ce déplacement à Bruxelles revêt une reconnaissance officielle et si c’est pour citer ce député LOUIS MICHEL qui est loin d’être une référence diplomatique crédible , certains journalistes devraient revoir leurs copies en matière de recoupement des informations pour avoir l’onction de presse « sérieuse » .