Politique

Corruption – Le Bianco appréhende des fonctionnaires

Les efforts de Madagascar en matière de lutte contre la corruption salués par le Japon (à dr.).

Les mains dans le sac.
Les ennuis commencent pour trois fonctionnaires. Ils croupissent en prison pour flagrant délit de corruption.
Un agent pénitencier à Ankazon­drano Fianarantsoa a demandé à un détenu une somme de 500 000 ariary pour recouvrer la liberté.
Ayant été informés, les investigateurs du Bianco ont organisé une opération de « livraison organisée ». Ainsi, l’agent pénitencier a été pris les mains dans le sac.
Le chef de la Circons­cription scolaire (CISCO), d’Antsirabe II et un inter­médiaire ont subi le même sort. Ils ont démarché le
recrutement et les affecta­tions des institutrices. « Après les enquêtes, un cas de corruption d’une somme de 300 000 ariary a été mis à nu », indique une source.
La Justice et l’éducation figurent dans le top 10 des secteurs minés par la corruption à Madagascar. Bien que le régime actuel prône la tolérance zéro, les récalcitrants trouvent toujours des parades pour continuer cette pratique. Avec l’opérationnalité des Pôles anticorruption, des sanctions sont prévues à l’endroit de ces trois agents. En attendant la condamnation définitive, ils séjournent en prison. Heureusement que le ministère de la Justice a proposé un nouveau menu.

 

3 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • que des nouvelles mesures seront adoptées de manière à renforcer et à améliorer le cadre juridique et institutionnel de la lutte contre la corruption avec des motivations pour les bons fonctionnaires et des sanctions exemplaires pour les récalcitrants. Sur ce, les priorités en matière de lutte contre la corruption tourneront autour de plusieurs axes où les secteurs gangrenés par la corruption seront les premiers à subir le changement.

  • Le régimes à déclaré zéro tolérance en matière de lutte contre la corruption ! Les corruptions avérées seront pénalement sanctionnées suivant la loi et en plus remboursement intégrale de fonds détournées par les incriminés ! Tout fonctionnaire impliqué dans des affaires de corruption sera immédiatement radié de la fonction publique…

  • Le BIANCO ou cellule ou pôle anti-corruption a connu une parfaite évolution depuis son indépendance. Son indépendance a vu la lumière du jour depuis la chute du pouvoir HVM mais la volonté de mettre une tolérance zéro par le gouvernement d’aujourd’hui a favorisé leur stratégie d’éradiquer les irrégularités.