Accueil » A la une » Migration – Les jeunes au pair protégés des traites de personnes
A la une Politique

Migration – Les jeunes au pair protégés des traites de personnes

De  nombreux  jeunes  sont  intéressés  pour  travailler  au  pair

Le ministère des Affaires étrangères met à jour les procédures de demande pour les travailleurs migrants. Les jeunes au pair doivent se conformer à ces procédures.

Une nouvelle peu agréable pour les jeunes qui envisagent de partir à l’étranger pour des séjours « au pair ». Le ministère des Affaires étrangères (MAE) a communiqué, hier, des nouvelles procédures que tout travailleur migrant devra suivre. Les jeunes au pair sont inclus dans la liste des personnes qui doivent s’y conformer, au même titre que les employés cadres, les ouvriers, les employés domestiques. « Ces mesures ont été prises afin de les protéger des traites de personnes transnationales», souligne le MAE, pour expliquer ces nouveaux dispositifs.

Dans ce communiqué, il est indiqué que tout travailleur migrant qui prévoit de quitter le territoire malgache doit obtenir une visa au préalable du contrat de travail, signé par les deux parties à l’ambassade de Madagascar, dans le pays de destination, passer au ministère de la Sécurité publique pour une enquête de moralité, et un examen de situation, viser le contrat de travail auprès du ministère du Travail, de la fonction publique et des lois sociales, viser le contrat de travail et le billet d’avion auprès de la direction de la Diaspora du MAE à Anosy, et y procéder à la préinscription consulaire, à titre gracieux. Ces étapes doivent être faites quinze jours avant le départ.

Inadéquation

Des jeunes au pair sont choqués. « Au pair n’est pas un travail. Il s’agit plus d’un échange linguistique, et d’une découverte de culture. On est accueilli et logé chez une famille et on bénéficie d’argent de poche, en échange d’un travail. », souligne une jeune au pair. « Il est de plus en plus difficile de trouver des familles d’accueil, actuellement, vu que les offres sont internationales. Il y a inadéquation entre l’offre e t la demande. Beaucoup de demandes pour peu d’offres. Alors que c’est une opportunité pour les jeunes. Avec ces procédures compliquées, les familles d’accueil seront réticentes à choisir des Malgaches. En plus, demander un visa pour un séjour au pair n’est pas facile.», indique Aina, administrateur de la page « Au pair. » Elle a été jeune au pair en Belgique, au Luxembourg et en Allemagne.

Le MAE a apporté des précisions sur le cas de l’Allemagne, qui qualifierait cette activité comme un travail. « Selon le ministère fédéral des Affaires étrangères, un programme de volontariat est un travail rémunéré au sens des lois sociales allemandes. Le visa d’un Au pair ou d’un volontaire ne sera pas accordé sans l’approbation formelle de l’Agence allemande Fédérale pour l’Emploi (Bundesagendtur/ Arbeitagentur). Qui dit Bundesagentur/ Arbeitagentur dit « travail », au regard de la loi allemande. Par ailleurs, selon les lois sociales allemandes, un au pair/Volontaire bénéficie de jours de congé comme un travailleur légal en Allemagne et non pas de vacances scolaires comme un étudiant normal.». Très peu de jeunes au pair ont porté plainte pour avoir été victimes de traites de personnes, jusqu’ici.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter