Social

Système LMD – Infime évolution des infrastructures

Le professeur Mamy Raoul Ravelomanana, est confiant que le problème sera résolu.

Les infrastructures de l’université d’Antananarivo utiles au système Licence-Master-Doctorat évoluent, progressivement. Les étudiants sont encore insatisfaits.

Infime. C’est ainsi que des étudiants de l’université d’Antana­narivo qualifient l’évolution des infrastructures nécessaires à l’application du système Licence-Master-Doctorat (LMD), depuis sa mise en place, il y a 5 ans. «Certes, il y a eu des efforts de la part de l’université et du ministère, mais il reste encore beaucoup à faire, principalement dans l’accroissement des infrastructures, et dans l’amélioration de l’accès à l’internet», lance une étudiante, hier.
La connexion dans le campus universitaire serait primordiale si l’on veut avoir des diplômés bien formés. Car dans le système LMD, les enseignants ne dispensent qu’un tiers des cours, les étudiants doivent faire des recherches pour compléter leurs connaissances.

Fin des manifestations?
« Le frais d’accès à l’internet est inclus dans le droit d’inscription que nous payons au début de l’année, mais nous n’en jouissons pas. Nous sommes contraints de faire nos recherches dans des cybers», déplore le président de l’association des étudiants en Médecine, Mosa Zafimaharo.
À la faculté de l’Econo­mie, de la Gestion et de la Sociologie, par contre, cela ferait un an que la connexion à l’internet est disponible. « Parfois ça marche, d’autres fois, c’est saturé. Les ressources sont encore insuffisantes pour les milliers d’étudiants », explique une étudiante en Sociologie.
Ce problème de conne­xion a été un motif qui a incité les étudiants de l’université d’Antananarivo à manifester, ces dernières années. Le président de l’université d’Antananarivo, le professeur Mamy Raoul Ravelo­manana, est confiant que ce problème est résolu et que les manifestations ne verraient plus le jour au campus. « La plupart des leçons, des travaux pratiques ou des travaux dirigés peuvent être trouvés sur internet. C’est un obstacle pour les étudiants lorsque cela ne fonctionne pas. Actuelle­ment, cette connexion fonctionne bien à l’esplanade de l’université », rassure-t-il lors de son investiture à Ankatso. La ministre de l’Enseignement supérieur, la professeur Madeleine Félicité Rejo-Fienena a, pour sa part, annoncé que la disponibilité de l’accès à l’internet a augmenté