Economie

Structuration tarifaire – Les gérants de station-service négligés

Les gérants libres de station service du pays en assemblée générale hier.

Pour un intérêt collectif. Les marges bénéficiaires du Groupement professionnel des gérants libres de station service (GPGLSS) sont également à revoir dans le processus de révision de la structuration tarifaire du carburant. Près de cent-vingt représentants des quelques trois-cent stations services de toute l’île ont été présents à l’assemblée générale du GPGLSS au motel Anosy. « Notre marge actuelle ne représente même pas 2% dans cet ensemble de structuration de prix. Nous réitérons ici que notre situation financière est catastrophique avec cette marge, dont il est incombe de préciser que celle-ci est décidée par un arrêté ministériel », explique Jean Martin Rakotozafy, porte- parole du GPGLSS.

Il a été indiqué que cette marge bénéficiaire est de 50, 51ariary pour les unes et 52 ariary par litre pour certaines stations-service. « Comme toute société, nous avons des charges fixes, en hausse à assurer, les vols, l’insécurité sont aussi à notre charge, le personnel et autres, qui ne nous permettent plus de survivre », ont renchéri ces gérants de stations-service. Ils ont par ailleurs souligné que les pénuries de carburant ne relèvent pas trop de leur responsabilité vu qu’au contraire ce sont les ventes de produits pétroliers qui leur permettent de survivre. « Ce sont des perturbations dans la logistique et le transport du côté des distributeurs. Personne n’a intérêt à ce qu’il y ait pénurie », ajoute Jean Martin Rakotozafy. Ils se disent ouverts à toute forme de consultation.