Economie

Patrimoine de l’état – Une base de données unique installée

Les nouveaux véhicules administratifs contrastent avec l’austérité prônée.

Cimetière d’automobiles. Le gouvernement veut se doter d’une base de données à jour et fiable pour améliorer la gestion du patrimoine de l’État. Dans ce sens, des opérations de recensement sont actuellement lancées dans le but d’avoir d’ici fin 2019 des données exhaustives et fiables sur tous les logements, les bâtiments et les véhicules d’au moins une dizaine d’institutions et de ministères. Voilà l’une des informations relatées dans la première revue du ministère de l’Economie et des Finances sous l’ère Richard Randriamandrato.

D’après la revue, l’inexistence d’un répertoire patrimonial complet et à jour s’explique par l’absence d’une vraie politique de l’Adminis­tration pour valoriser et préserver le patrimoine de l’État. Ainsi, pour l’année 2018 par exemple, seul un tiers des ministères ont déposé leurs dossiers de recensement auprès de la Direction du Patrimoine de l’État. Pourtant, seul le quitus de recensement délivré par la direction pour les matériels immobiliers mobiliers et roulants permet d’engager des dépenses pour les réparations et les entretiens.

Gestion rationnelle
Ainsi, l’arrière-cour des ministères ressemble le plus souvent à des cimetières d’automobiles avec plusieurs véhicules visiblement en bon état mais sur cale. Pourtant, l’État dépense beaucoup d’argent chaque année dans l’achat de matériel roulant. La lecture des listes des marchés de fournitures sur le site de l’Autorité de régulation des marchés publics en dit long sur le penchant de l’administration pour les nouvelles voitures.

La base de données ainsi constituée est appelée à devenir un outil pour une gestion rationnelle des actifs non financiers de l’État. «Elle aidera les responsables concernés dans l’orientation des dépenses consacrées à ces biens. Les réparations et entretiens, les nouvelles acquisitions, voire les nouvelles constructions seront ainsi programmées de manière transparente et efficiente», peut-on lire dans la revue, ajoutant que cela mettra fin aux habitudes des responsables administratifs de systématiser les dépenses y afférentes. «Une gestion rationnelle du patrimoine de l’État impactera positivement sur la bonne maitrise des dépenses publiques».
Une source au sein du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation a fait savoir que le recensement du patrimoine au sein du département est actuellement achevé à plus de 90%. «Cela concerne le patrimoine immobilier et roulant du ministère dans tout Madagascar».