A la une Sport

Football – CAN 2019 – Conflit autour du financement des Barea

Les Barea pourraient être déconcentrés par cette situation.

Deux entités sont actuellement en conflit, concernant le financement des Barea de Madagascar pour la participation à la Coupe d’Afrique des Nations.

À moins d’un mois de la Cou­pe d’Afrique des Nations, le financement des Barea est au centre d’un litige.
Hier, à l’hôtel Colbert a été présenté un groupe, composé de plusieurs sociétés dont Telma, Jovena, BNI Madagascar, Star et Leader price. Ils ont annoncé leur appui à l’association des joueurs. En d’autres termes, l’argent ira directement aux membres de l’équipe nationale, sans passer par le Comité de normalisation.
Une manœuvre qui n’est pas du tout du goût des dirigeants dudit comité. Normal puisque, quoi que l’on dise à son propos, celui-ci reste l’organe de tutelle de la sélection. Toutes les démarches concernant cette dernière devraient passer par Isoraka.

Depuis quelques temps, le Comité projette de lancer un « basket fund », ouvert à tout le monde. N’importe quelle société, qui veut aider les Barea, pourrait ainsi y déposer son enveloppe. « Une grosse boîte du pays, initiatrice de la mise en place de ce groupe, s’est opposée à la création de ce ‘basket fund’. Elle veut monopoliser le sponsoring de l’équi­pe nationale et réaliser ainsi un énorme coup publicitaire. Voilà l’objet du conflit », a soufflé une source auprès du Comité.

Affaire nationale
« Cette même boîte a lancé une procédure juridique, dernièrement, pour signifier au Comité de ne pas s’occuper du financement des Barea, toujours pour tenter de tout monopoliser », a rajouté cette même source. Certes, la première mission du Comité est de boucler le processus électoral de la Fédération Malgache de Football.

Mais il ne faut pas oublier qu’il est également chargé de liquider les affaires courantes, dont le dossier principal est la participation à la CAN. Sans oublier qu’il s’agit d’une affaire nationale. Et donc, toutes les entreprises du pays devraient être autorisées à aider la sélection.
Peu importe le montant de la somme. L’important, c’est d’y prendre part par passion pour le football. Voilà pourquoi le Comité de normalisation s’oppose à cette tentative de monopole.

Et les joueurs dans tout ça ? Ils sont entre le marteau et l’enclume. Ce qui laisse place à une certaine inquiétude. Si le conflit perdurait, ça pourrait finir par les déconcentrer. Et déconcentration rime avec diminution des performances sur le terrain. Les conséquences pourraient être désastreuses sur le plan sportif.

2 commentaires

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • La transparence n’est pas le propre des journalistes Malgaches . Qu’est-ce qui empêcherait l’auteur de cet article à dévoiler le nom de cette grosse boîte ? Même dans les esprits nous évoluons encore dans un esprit sous développé . On a l’impression que la censure sévisse encore .

  • C’est normal que l’argent aille directement aux joueurs. ça suffit les détournements et les vols dans les bureaux avec les liquidité qui disparaissent et ensuite  » tsy zao! » . Ce genre de pratique est tellement fréquente à Madagascar dans tous les domaine et c’est ça qui cause la perte du pays .