Accueil » Régions » Transport national Mahajanga – De nombreux passagers bloqués
Régions

Transport national Mahajanga – De nombreux passagers bloqués

La gare routière à Aranta est silencieuse.

De nombreux passagers qui devaient rejoindre Tana se trouvent bloqués à Mahajanga. Perturbation causée par la fermeture des frontières.

LES nouvelles mesures sanitaires et la fermeture des frontières à Mahajanga et dans la région Boeny depuis hier ont perturbé de nombreux passagers qui devaient partir vers Tana. Ils sont des dizaines de missionnaires, vacanciers et étudiants bloqués à Mahajanga.

« Les taxis-brousse n’ont pas pu nous embarquer lundi soir. On était surpris par cette décision lundi. Hier, on a rejoint la gare routière nationale pour tenter de partir mais malheureusement tout est fermé. On a besoin de rejoindre nos familles et nos foyers ainsi que notre travail », a déploré le porte parole habitant à Antsirabe.

« C’est de l’abus. Pourquoi fermer les frontières sans laisser un minimum de délai de 24h pour se préparer », a critiqué un autre individu.

« Avec quoi on va vivre et manger car on était venu à Mahajanga pour effectuer des commissions. Nous n’avons plus aucune ressource », a ajouté une étudiante.

Le Gouverneur de la région Boeny, Mokh tar Andriantomanga, a pris la décision hier d’effectuer des tests PCR à ces victimes.

Retardataires

« Toutefois, on attend l’aide de l’État pour accélérer les résultats afin qu’ils puissent rentrer chez eux. On pourra délivrer une autorisation spéciale mais on veut être sûr que la Covid-19 ne se propage pas dans les autres régions », a expliqué le Gouverneur.

D’autres passagers qui devaient rejoindre Ambanja sont également retenus de force à Mahajanga car la nationale 6 est fermée à partir d’Ambondromamy.

Les taxis-brousse n’arrivaient pas à embraquer tous ces retardataires car ils étaient insuffisants lundi dernier.

« Nous nous demandons si l’État va nous verser des indemnités car nos activités vont être suspendues pendant 15 jours. L’année dernière, le secteur du transport n’a rien obtenu de l’État », a déploré un chauffeur de la coopérative nationale.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter