Magazine

Déplacement – Des marches à pied sur les routes nationales

Obligés de rejoindre leurs localités et pour cause de ville en confinement, de nombreux travailleurs sont obligés de marcher jusqu’à ce qu’ils quittent la région Analamanga.

Les déplacements vers la campagne et les autres régions se poursuivent. Sans véhicules, des personnes ne craignent pas de les faire à pied.

Justine Ramiadanirina, accompagnée de ses deux jeunes enfants de 10 et de 8 ans, trimballait hier, sur la route nationale 2, un lourd bagage. Ayant quitté le stationnement de Mahazo, vers 8 heures du matin, ils sont arrivés à Ambohimalaza, vers 11h30. La moitié du chemin n’est pas encore réalisée ! Ils ont prévu d’aller à Nandihizana-Carion, un village situé à 15 kilomètres d’Ambohimalaza. «Les éléments des forces de l’ordre ont immobilisé tous les véhicules de transport en commun à Mahazo. Nous n’avons pas le choix, car nous devons rentrer chez nous», explique la mère de famille, le front baigné de sueur. Mais ils n’étaient pas les seuls à parcourir la RN2 à pied, hier.

La même scène se voyait sur la route nationale 7. Les forces de l’ordre ont intercepté à Ambalavao tous les véhicules de transport en commun qui s’obstinaient à sortir de la capitale avec des passagers, malgré l’interdiction de transporter des personnes. Les véhicules sont revenus dans la capitale, après que des voyageurs en sont descendus. Ils espéraient trouver d’autres véhicules qui pourraient les conduire jusqu’à Ambatolampy, Antanifotsy, ou même à Antsirabe.

« Les instructions sont claires. Personnes ne doit se déplacer. Ces passagers devront faire à pied leur trajet. Certains risquent de dormir sur la route», indique une source auprès de la Gendarmerie. De nombreuses personnes ont également voyagé à pied sur la route nationale 1, pour aller à Imerintsiatosika, Arivonimamo, Miarinarivo voire plus loin. « Elles s’éloignent de la capitale pour être tranquilles dans leur campagne, comme à Mahasolo », informe une source. Ce weekend, des milliers d’individus ont déjà quitté la capitale, pour « fuir le coronavirus ».

Mais nombreux ont été pris au dépourvu par ce nouveau dispositif. « Nous avons quitté Toliara samedi, lorsque nous avons appris la fermeture des universités, pour rejoindre nos familles à Tanambe, dans la région Alaotra-Mangoro. Pourtant, on nous oblige à retourner à Antananarivo, alors que nous n’y avons aucune famille. Nous n’avons pas les moyens pour louer une chambre d’hôtel », s’exprime Diane Lalanirina, une étudiante de Toliara, accompagnée de son mari et son enfant.

« J’ai assisté à un mariage, ce weekend, et devrais retourner chez moi à Ambatondrazaka. Je vais être bloquée ici pendant quinze jours », se plaint, pour sa part, Armandine Ratolojanahary, une jeune femme. En revanche, les voitures particuliers peuvent encore circuler sur les routes nationales. Le ministre des Transports, du tourisme, et de la météorologie, Joël Randriamandranto, martèle que le transport des hommes est interdit, pour éviter la propagation du coronavirus. « Le virus se transmet d’homme à homme. Seul le transport des marchandises est autorisé», insiste-t-il sur le plateau de la chaîne TVM, hier soir.

1 commentaire

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter

  • Salama namako o
    Etsy ankilany ny valan’aretina, mampitebiteby fa etsy andaniny misy zavatra mety ho tsotra nefa ankasarotina.
    Mila ny taratasy fivezivezena ho an’ireo izay miasa (privé io, mety fanjakana koa anefa). Etsy Mamory Ivato no natao tany ampiandohana ary atao mailaka. Izay tsy nahazoambalina mihitsy na ny iray aza. Filaharambe tsy misy ohatr’izany. Tampoka teo tsy nisy fampandrenesana dia hoe any amin’ny ministeran’ny fitaterana ndray no atao. Famoriambahoaka tsy misy ohatr’izany toa iniana atao nef efa rarana. Dia gaga enao. Aminay dia tsotra e: Sao dia mety raha « decentralise » na io raharaha io izany hoe asiana any andrenivohitra, asiana aty Ivato, asiana any SABNAM nsnsns. 1000 isan’andro no voakarakara! mbola aiza ity 500000 raha 500000 ny isan’ny fiara eto. Kajy tsotsotra ho an’Ilay Sabotsy: Firy andro vao vita izany 500000 izany? 500 andro Tompoko izany hoe 1taona sy tapany. Mila mianatra mifampahatoky koa anie isika gasy e. Fa izay be vinany dia omena ny sazy sahaza ho azy izy fa mandoto rano loatra.
    zao ndray toa hoe eny amin’ny Maki indray. Aza mampme a
    Sosokevitra ny ahy e.
    Mahereza