A la une Santé

Coronavirus – Vingt-trois individus dangereux à l’air libre

Des  passagers  du  dernier  vol  international,  jeudi  à  Ivato.

Cinq nouveaux cas de contamination au Covid-19 sont confirmés. Dans le cadre de l’application des mesures de prévention d’une épidémie, vingt-trois passagers du vol MD051, du 18 mars, sont recherchés.

Ils sont arrivés au pays, le 18 mars. Sur les cent quarante-cinq passagers du vol de la compagnie Air Madagascar numéro MD051, ayant atterri à l’aéroport d’Ivato, mercredi, vingt-trois sont aujourd’hui, activement recherchés.

Lors d’un exposé, en ouverture du centre de commandement opérationnel Covid-19, à Ivato, il a été indiqué que vingt-deux passagers ayant emprunté le vol MD051, sont injoignables lors des contrôles par téléphone de leurs coordonnées, depuis leur retour au pays, le 18 mars. Un autre quant à lui serait introuvable. Il aurait fourni des informations erronées dans la fiche identification et de traçabilité des passagers de retour de l’étranger.

Dès le partage de cette information, la consigne présidentielle n’a pas tardé. Andry Rajoelina, président de la République, érige « en action prioritaire », l’identification, la localisation et le contrôle sanitaire de ces vingt-trois personnes. « S’ils ne respectent pas l’engagement de confinement à domicile, ils seront, immédiatement, mis en isolement dans les centres prévus à cet effet », soutient le chef de l’État.

Cinq nouveaux cas confirmés

Selon la ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo, porte-parole du gouvernement, cinq des vingt-deux personnes non joignables au téléphone, se seraient déjà manifestées auprès des autorités. Le président de la République a ordonné, hier, qu’un avis de recherche soit lancé contre le passager ayant donné des coordonnées erronées. Il a même requis l’intervention des Forces de défense et de sécurité (FDS), pour imposer le respect des mesures sanitaires.

Toutes les actions pour maîtriser la propagation du coronavirus, seront dorénavant lancées à partir du centre de commandement opérationnel inauguré, hier. Soixante-dix véhicules tout terrain, munis de géolocalisation, sont affectés aux actions sur terrain. Chaque voiture a, à son bord, une équipe composée d’un membre du personnel de santé et d’élément des Force de défense et de sécurité (FDS).

À l’instar des vingt-trois personnes inscrites en priorité, ces équipes sont chargées de faire respecter les mesures de confinement, d’opérer des prélèvements pour les tests de contamination en laboratoire et du contrôle de santé systématiques « des personnes à risque ». Il s’agit des personnes rentrées au pays ces derniers jours et qui sont soumises à des obligations de confinement. Ceux susceptibles d’avoir été en contact avec elles feront, également, l’objet de test. L’objectif de mille contrôles par jour, a été réaffirmé, à Ivato.

Les cas de contamination confirmés, jusqu’alors, démontrent que toutes les personnes porteuses du Covid-19, sur le territoire malgache sont celles rentrés de l’étranger, récemment. La majorité a pris le vol AF934 de la compagnie Air France, du 19 mars. Sur le plateau de la télévision nationale, hier, Andry Rajoelina a indiqué qu’il y a « cinq nouveaux cas confirmés ». Ils sont, également, des passagers de cet avion.

« Nous verrons si nous avons maîtrisé et vaincu l’épidémie d’ici quinze jours», affirme le chef de l’État. Une prompte réactivité des autorités s’avère ainsi, nécessaire. C’est la raison pour laquelle le centre de commandement d’Ivato est mise en place, ajoute-t-il. Assurant que Madagascar est « au stade 1 », du niveau de contamination, avec zéro décès. Il souligne que « le principal objectif est de ne pas passer au stade 2 ».

Pour ne pas dépasser le stade 1 donc, l’État a imposé le confinement aux habitants des zones à risque que sont la région Analamanga et la ville de Toamasina, depuis hier. Le contrôle et le suivi de l’état de santé des personnes à risque sont aussi, « renforcés ». Comme le souligne le président de la République, toutefois, « la discipline », est la clé pour gagner ce défi sanitaire.

Individuellement et collectivement, « la population doit respecter scrupuleusement les mesures de prévention », exige Andry Rajoelina. La discipline, cependant, est une vertu qui fait défaut aux habitants de la Grande île. Autant les « personnes à risque », que les citoyens lambda, plusieurs défient l’autorité étatique et outrepassent délibérément les mesures sanitaires, bien qu’étant conscient qu’il soit question de vie ou de mort.