A la une Politique Social

Sécheresse – Le président de la République au chevet du Grand Sud

Le Président Andry Rajoelina distribuant l’eau à la population gravement touchée par la sécheresse.

L’approvisionnement en eau pour les quatre mois sera assuré dans les districts touchés par la sécheresse dans le Sud, après la descente du président de la République Andry Rajoelina sur place, samedi et dimanche dernier. « La population touchée par la sècheresse doit être approvisionnée en eau potable(…) », a-t-il souligné, lors de son passage dans la commune de Maroalomainty, district d’Ambovombe, dans la région Androy, samedi. C’est depuis une semaine que l’approvisionnement en eau potable a débuté dans cette commune et six communes environnantes. L’eau à distribuer  varie  entre 5m3 à  7m3 par citerne et transportée cinq fois par jour. « L’eau distribuée part du fleuve de Mandrare au niveau d’Ambovombe et Amboasary Sud », a été précisé dans une note. Alors que la population devrait acheter le bidon  à 1500 à 2000 ariary. Cet approvisionnement sera gratuit  pour les nécessiteux.

Dans la commune de Kopoke, district de Beloha que le PRM a visité, et qui est parmi les districts les plus touchés, la population doit acheter de l’eau à 9km de leur habitation. Un matériel arrivera sur place après dix jours, pour favoriser la mise en place d’un forage de 100m de profondeur dans ce district.

Vulnérabilité

En outre, la malnutrition gagne du terrain dans le Sud, un problème récurrent depuis que la sécheresse frappe cette partie de la Grande île. Actuellement, quatre districts en sont particulièrement touchés, dont ceux d’Ambovombe, Tsihombe, Beloha et Bekily. Dans la plupart des cas, Le mets quotidien de la population  se réduit à un repas par jour et seulement tous les soirs, selon les explications. La malnutrition sévère attaque les plus vulnérables, entre autres les enfants âgés de moins de cinq ans. De plus, le manque d’eau accentue le problème à Androy. Les enfants atteints de malnutrition sévère sont donc  surveillés au niveau des centres sanitaires. Cinq cent enfants auront des compléments alimentaires. « Après six mois, le suivi pondéral sera surveillé de près. Les enfants mangeront des compléments alimentaires, afin de lutter contre la malnutrition », martèle le Président de la République.

Une somme de 5 millions de dollars a été octroyée par la Banque Mondiale dans le cadre du « Vatsin’ankohonana » pour les plus démunis. Le frais d’inscription et les fournitures scolaires seront gratuits pour la prochaine année scolaire.