A la une

Ancien ministre de la fonction publique – Tabera Randriamanantsoa hospitalisé à Soavinandriana

Tabera Randriamanantsoa lors d’une rencontre du RMDM au Carlton.

L’hospitalisation du politicien Tabera Randriama­nantsoa a enflammé la toile pendant le week-end.

Si l’ancien ministre de la Fonction publique pendant la Tran­sition et leader du Comité pour la réconciliation nationale (CRN) et de la coalition « Rodoben’ny mpanohitra ho amin’ny demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) est connu pour sa qualité ainsi que pour son initiative dans des mouvements politiques, la dégradation de sa santé a affligé bien des observateurs. L’information a été donnée par l’un de ses proches via un communiqué sur les réseaux sociaux.

Admis à l’hôpital militaire de Soavinandriana depuis vendredi, « Tabera Randriamanantsoa aurait besoin d’une évacuation sanitaire d’urgence sur l’île Maurice », peut-on lire dans le communiqué.

Mais faute de moyens, la prise en charge étant estimée à une fortune, la famille est en quête d’une aide financière pour assurer son déplacement. Un appel à un soutien financier est ainsi lancé pour boucler le budget d’évacuation urgente qui s’élève à 25 000 euros, selon les partages véhiculés sur les réseaux sociaux.

Une information qui est toutefois démentie par Edouard Tsarahame.

Joint au téléphone, ce membre du RMDM explique que « la famille avait simplement l’intention d’annoncer l’hospitalisation de Tabera Randriamanantsoa à Soavinandriana sans mentionner la nécessité d’une aide financière ouverte. Le post sur les réseaux sociauxaurait pu être infondé. Les proches sont actuellement en train de maitriser la communication afin de fournir des informations fiables ».

Hier, les politiciens issus du RMDM ont rendu visiteà leur collègue Tabera Randriamanantsoa à l’hôpital militaire de Soavinandriana

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter