Accueil » A la une » Football – CAN 2021 : le Burkina Faso et la Tunisie en quarts
A la une Sport

Football – CAN 2021 : le Burkina Faso et la Tunisie en quarts

ici

Huitièmes de finale – Le Burkina Faso sort le Gabon

Bruno Ecuele-Manga (5) égalise pour le Gabon dans les arrêts de jeu.

Après avoir mené 1 à 0, les Burkinabé se sont fait rejoindre par les Gabonais dans les arrêts de jeu. Ils se sont qualifiés au tirs au but.

Il a fallu une interminable série de tirs au but au Bur­kina Faso pour venir à bout du Gabon (1- 1, 7 t.a.b. à 6) et se qualifier pour les quarts de finale de la CAN, hier à Limbé.

Ismahila Ouedraogo n’a pas tremblé sur la deuxième balle de match des Etalons. Les Gabonais, épatants pour égaliser à dix contre onze dans le temps additionnel, ont manqué leurs deux derniers tirs au but, Yannis Ngakoutou envoyant le sien dans les nuages et Lloyd Palun sur l’équerre.

Le Burkina se qualifie pour la quatrième fois pour les quarts de finale et affrontera la Tunisie.

C’est cruel pour l’excellent gardien gabonais JeanNoël Amonome, remplaçant en première division sudafricaine, qui a commis une erreur mais a ensuite presque tout arrêté, et bloqué le tir au but de Fessal Tapsoba, sur la première balle de match.

L’histoire du football semblait pourtant pencher dans le sens des Gabonais, revenus de loin dans ce match, et dans ce tournoi, très perturbé par le Covid19 et le forfait de sa star, Pierre-Emerick Aubameyang.

Faisant preuve d’une grande force mentale sur toute la compétition, les Gabonais ont égalisé par leur capitaine Bruno Ecuele-Manga. Son coup de tête rageur dans le temps additionnel a rebondi sur l’épaule d’Adama Guira (90e +1). Mais les nerfs ont lâché sur la fin.

Obissa exclu

Les Etalons pouvaient s’en vouloir d’avoir galvaudé quatre ou cinq balles de 2-0 sur des contres, en supériorité numérique, après l’exclusion de Sidney Obissa (63e ).

Déjà fautif sur le penalty, le défenseur central a été exclu pour un second carton jaune (63e ) quand il a retenu par le bras Dango Ouattara.

Omonome, coupable sur le but de Bertrand Traoré (28e ), où il sort trop lentement, s’est largement rattrapé en sortant tout, en effectuant une belle claquette sur un tir d’Adama Guira (84e ) et un arrêt autoritaire sur Fessal Tapsoba (105e ).

Mais le capitaine burkinabè a lui-même gâché des balles de match, frappant mollement face à Omonome (75e ) ou multipliant les dribbles jusqu’à perdre le ballon (80e ).

La nonchalance de Traoré, qui a aussi tiré un penalty sur la transversale (18e ), a contrasté avec l’énergie encore mise par Aaron Boupendza dans son match, comme depuis le début de la compétition.

L’ailier a réveillé les Panthères en provoquant balle au pied tout le match, a réussi son tir au but, mais a fini effondré.

La Tunisie surprend le Nigeria

Youssef Msakni (7), auteur du seul but du match.

Pour la deuxième rencontre de la journée, après la qualification aux tirs au but du Burkina Faso en quarts de finale, qui de la Tunisie ou du Nigéria allaient rejoindre les Étalons ? Lors de la CAN 2019, le Nigeria avait pris la troisième place après une victoire face aux Tunisiens.

Dans ce choc entre anciens vainqueurs, le Nigeria, cham­pion d’Afrique en 1980, 1994 et 2013, partait avec le statut de favori. Lors de la phase de poules, le Nigeria reste la seule des 24 équipes en lice à réaliser un sans-faute en battant l’Égypte, le Soudan, et la Guinée-Bissau. C’était sans compter sur la réaction de la Tunisie, pourtant décevante en phase de poules. Battue deux fois, par le Mali (1-0) et la Gambie (1-0), la Tunisie s’est qualifiée parmi les meilleurs troisièmes.

Cela n’a pas empêché les Aigles de Carthage de se montrer dangereux et de tenir la dragée haute aux Nigérians en première période. Comme lors de la dixième minute avec Montas­- sar Talbi qui reprend un ballon du plat du pied au deuxième poteau, sauvé par un défenseur nigérian.

Frappe puissante

Amoindrie par une épidémie de Covid, la Tunisie, sans son entraîneur suspendu et positif, surprend. Deux minutes plus tard, le Nigeria répond. Joé Aribo enchaîne avec une frappe du gauche, déviée in extremis en corner.

Sans Wahbi Khazri et Dylan Bronn, sur le banc, les Tunisiens n’ont pas été autant bousculés que ce que l’on pouvait penser. En première période, les Aigles de Carthage, bien en place, ne laissent pas les Super Eagles développer leur jeu, flamboyant lors de la phase de poules. Au retour des vestiaires, Youssef Msakni, qui dispute sa septième CAN ouvre alors le score d’une frappe puissante aux 35 mè­tres, à l’expérience, qui termine au fond des filets sur un contre (47e ).

À plusieurs reprises, Moses Simon bute sur la défense tunisienne côté gauche. La réussite du premier tour fuit les Nigérians, souvent déstabilisés, en manque de solution pour recoller au score. Après une semelle appuyée sur la cheville de Msakni, toujours lui, Iwobi écope d’un carton rouge et sort à peine cinq minutes après être entré en jeu (66e ). Le Nigeria se retrouve alors à dix, mais il continue de pousser. Moses Simon se casse une nouvelle fois les dents face au portier tunisien Béchir Ben Saïd qui contre un tir dans les six mètres (67e ).

A plusieurs reprises le Nigeria est proche de l’égalisation, mais manque de réussite. Comme Sadiq qui croise trop sa frappe dans le temps le temps additionnel (90e +1). Demi-finaliste de la CAN 2019, le Nigeria s’arrête déjà là, et la Tunisie sauve sa peau, à la surprise générale.

Commenter

Ce formulaire recueille votre nom et adresse e-mail afin que nous puissions valider votre commentaire. Veuillez consulter notre politique de confidentalité afin de prendre connaissance sur la façon dont nous protégeons vos informations.
Je consens à ce que L'Express de Madagascar collecte mon nom et email..

Cliquez pour commenter